Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Tol Eressëa
  • Tol Eressëa
  • : Tol Eressëa
  • Contact

Bienvenue!

 

Aiya Ilquen !  (Bonjour à tous!)
Ce site représente ma passion pour l'univers de Tolkien.


A l'heure actuelle, j'entreprends de réécrire tous les articles publiés depuis 2005 en articles beaucoup plus complets et riches, et j'envisage de monter une encyclopédie. C'est la raison pour laquelle vous verrez peut-être certains articles encore en élaboration. Tous vos encouragements sont les bienvenus.

 

Je suis toujours ouvert aux questions, qu'elles soient précises ou non. N'hésitez pas à m'envoyer un mail à tol-eressea@live.fr


 

 

 

 

 

 

 

Peinture

J'essaie d'utiliser en priorité des tableaux. Ils sont surtout de Ted Nasmith, de John Howe ou bien d' Alan Lee.(Le signaler pendant le texte le rendrait encore plus lourd à lire, alors je le fais ici). Parfois les tableaux sont trop volumineux pour rentrer, alors j'utilise des images du film, ce qui rend le texte peut-être plus compréhensible. La plupart des images sont présentes sur internet en format réel, et je peux en envoyer sans problème si vous me le demandez, mais vous les trouverez sur les sites respectifs des auteurs:

www.tednasmith.com

www.john-howe.com

(Pour Alan Lee, vous pouvez en trouver à partir de cette page... http://fan.theonering.net/ )

 

Utùlie'n aurë! Auta i lomë!

" Utùlie'n aurë! Aiya Eldalië ar Atanatàri, utùlie'n aurë!
The day has come! Behold, people of the Eldar and Fathers of Men, the day has come!"
And all those who heard his great voice echo in the hills answered crying: 'Auta i lomë! The night is passing!

The Silmarillion, XX. Of Nirnaeth Arnoediad

 
Histoire                      Peuples                 Langues                Dieux             Terres

Derniers Articles

13 novembre 2006 1 13 /11 /novembre /2006 21:40
Le Serment de Fëanor est l'un des faits les plus marquants de l'histoire tolkienienne. Prononcé peu avant l'Âge du Soleil après le vol des Silmarilli de Fëanor par Melkor, il ouvre aux Noldor, le peuple de Fëanor, un destin singulier: partir à la suite de Melkor en Terre du Milieu pour lui réclamer les joyaux forgés par Fëanor. Il n'est pas présomptueux de dire que ce serment, qui est le point de départ de la croisade des Noldor, sera la matrice du Premier Âge.
De la venue des Hauts Elfes
en Terre du Milieu




La distinction entre Hauts et Bas Elfes n'est pas sociale, mais historique.

Longtemps avant les guerres qui ravagèrent les terres d'Arda, et avant même la venue des Hommes sur ces mêmes terres, les Elfes qui naquirent d'Eru Ilùvatar, Père de Tout, se cindèrent en plusieurs peuples. Certains choisirent de s'établir en Aman, terre des dieux, et leur visage fut alors à jamais marqué par l'éclat des deux Arbres qui éclairaient à l'époque Aman.
Les autres patientèrent dans l'obscurité des étoiles d'Elbereth jusqu'à la venue de la Soleil et de le Lune.
Ainsi furent distingués les Calaquendi, Elfes de Lumière qui virent les Arbres avant leur destruction par Melkor le sombre et Ungoliant mère des araignées, des Moriquendi, Elfes de la Nuit qui vécurent dans les tréfonds de la Terre du Milieu en ayant décliné l'invitation des Valar à vivre sur leurs Terres.
 
Cependant, on rencontre dans certains ouvrages, le Seigneur des Anneaux pour ne pas le citer, de Hauts Elfes en Terre du Milieu: Galadriel, par exemple, qui vécut un temps en Aman. A l'inverse, Legolas et son père Thranduil vivent dans la forêt noire depuis la nuit des temps. Quand les armées de Gil-Galad, le dernier Roi Haut Elfe en Terre du Milieu, partirent combattre Sauron lors de l'Ultime Alliance avec les Hommes d'Elendil, les légions des Moriquendi du père de Thranduil furent si indisciplinées qu'elles partirent à l'assaut avant même que l'ordre d'attaquer ne fût donné, supportant mal le commandement des Noldor. Il s'agissait bien de deux peuples elfes distincts, sous différentes bannières.
Mais pourquoi et comment les Hauts Elfes auraient-ils débarqué en Terre du Milieu après être restés si longtemps en Aman?
Il s'agit en réalité du fait d'un seul Elfe, Fëanor, le plus doué de tous, qui entraîna le clan des Noldor hors des frontières d'Aman à la poursuite de Melkor.
Il le fit par la rage de celui qui a été volé de la plus belle oeuvre qui ait jamais été sur Arda: les Silmarilli, trois joyaux qui contenaient en leur sein la belle lumière des Deux Arbres, et qui de ce fait brillaient de leur lumière propre.
Cette rage était d'autant plus intense que c'était Fëanor lui-même, le plus grand forgeron Elfe de tous les temps, qui avait forgé ces Silmarilli. Et c'est dans son grand orgueil qu'il appela son peuple à poursuivre le grand voleur, qui n'était autre que Melkor le vil. Ensemble, lui et ses fils jurèrent un terrible serment, qui les bannit dès lors de leurs propres terres d'Aman; un serment qui ne prenait pas seulement pour témoin les Valar, hautes instances de ce monde, mais Eru Ilùvatar lui-même, grand ordonnateur et démiurge d'Arda, père des divinités Valar et Maiar. Dans leur grande folie, les Noldor s'exilèrent d'Aman et poursuivirent Melkor jusque dans ses terres: au Beleriand, de l'autre côté de la Grande Mer qui sépare Aman des Terres du Milieu.
 
Qu'il soit ennemi ou ami, qu'il soit répugnant ou pur,
Progéniture de Morgoth ou lumineux Vala,

Elda ou Maia ou un venant Après,
Homme encore non né en Terre du Milieu,
Aucune loi, ni amour, ni ligue d'épées,
Terreur ni danger, ni le Destin lui-même,
Ne défendra de Fëanor, et des parents de Fëanor,
Quiconque cache ou amasse, ou prend dans sa main,
Garde après l'avoir trouvé ou rejette au loin
Un Silmaril. Ceci nous le jurons tous...
Nous lui apporterons la mort avant la fin des Jours,
Le malheur jusqu'à la fin du Monde ! Entends nos paroles,
Eru Père suprême ! Aux éternelles
Ténèbres condamne-nous, si notre action échoue...
Sur la montagne sacrée soyez témoins,
et souvenez-vous de notre voeu, Manwë et Varda!

                                                      
“Be he foe or friend, be he foul or clean
Brood of Morgoth or bright Vala,
Elda or Maia or Aftercomer,
Man yet unborn upon Middle-earth,
Neither law, nor love, nor league of swords,
Dread nor danger, not Doom itself
Shall defend him from Fëanor, and Fëanor’s kin,
Whoso hideth or hoardeth, or in hand taketh,
Finding keepeth or afar casteth
A Silmaril. This swear we all…
Death we will deal him ere Day’s ending,
Woe unto world’s end! Our word hear thou,
Eru Allfather! To the everlasting
Darkness doom us if our deed faileth…
On the holy mountain hear in witness
and our vow remember,
Manwë and Varda!"

Ce serment s'adresse prioritairement à ses fils et est à l'origine des colonies Noldor en Beleriand, situé de l'autre côté de Belegaer la Grande Mer.
Tous les Noldor sont rassemblés sur la colline de Tùna, le centre de leur cité Tirion à Aman, et le Premier Âge n'a pas encore commencé.
 
La traduction est faite mot à mot, afin que chacun puisse se faire sa propre idée. Cette version-ci du serment m'a paru la meilleure en clarté et en poésie, et elle se trouve dans le History of Middle-Earth X, (Morgoth's Ring) encore non traduit à l'heure actuelle. Sachez cependant qu'un texte du même genre existe dans le HoME* III (les Lais du Beleriand), sorti en mai 2006.
*Les HoME, History of Middle Earth, sont douze volumes traitant de la Terre du Milieu et d'Aman sortis après la mort de Tolkien. Les deux premiers ont été traduits en français par Adam Tolkien dans les années 80 sous la dénomination de Livre des Contes Perdus et Second Livre des Contes Perdus. Des projets sont en cours concernant les tomes 4 et 5.

Quelques termes classiques du vocabulaire tolkienien:

- un vala, des valar, les hautes divinités d'Arda.
- un maia, des maiar, dieux de moindre importance que les valar. Ces deux classes forment les Ainur, les Bénis, ceux qui naquirent de la pensée d'Eru Ilùvatar avant même la conception d'Arda.
- un elda des eldar, ce mot désignant ici le peuple des elfes, même s'il a pris par ailleurs le sens de ceux des Elfes qui ont quitté
la Terre du Milieu pour le pays d'Aman (Hauts-Elfes ou Tareldar, Elfes de Lumière ou Calaquendi)
  -Un silmaril, des silmarilli, les trois plus beaux joyaux d'arda renfermant la lumière d'Aman, créés par Fëanor et volés par Melkor. 

Noms propres:
- Eru père suprême: Eru Ilùvatar, dieu. Celui qui engendra les Ainur.
- Morgoth: de son premier nom Melkor, Fëanor appela Morgoth (le Noir Ennemi) celui qui lui vola les Silmarilli. Melkor, "Le puissant qui se dresse" est le grand Vala déchu, au moins aussi puissant que Manwë.
- Manwë et Varda, comme roi et reine au sommet du mont Olympe. Manwë est le chef des Valar. Son épouse Varda est aussi appelée Elbereth ("Ô Elbereth Gilthoniel") ou Tintallë, celle qui donna naissance aux étoiles pour éclairer la nuit de la Terre du Milieu avant le Soleil et la Lune. Manwë et Varda siègent au sommet du Taniquetil, plus haute montagne d'Aman aussi appelée Montagne Bénie.

précision philologique:
  - "Entends nos paroles, Eru père suprême" ici en anglais le tutoiement est effectué par un "thou" rare et qui habituellement casse une relation déférente au profit d'une plus intime, et existe notamment pour désigner le dieu de la religion chrétienne:  Though I walk through the valley of the shadow of death, I will fear no evil: for thou art with me (dans un Psaume du nouveau testament: "Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort je n'ai pas peur, car tu es avec moi). On remarque que les dialogues du Silmarillion sont la plupart du temps en vieil anglais, ce qui explique la présence de formes archaïques telles que " Thou hast had thy due" (Tu as eu ton dû), réponse de Melkor à Ungoliant après la destruction des Deux Arbres, lorsqu'elle lui demande ce qu'il tient caché dans sa main, et qui n'est autre que les Silmarilli fraîchement dérobés.
- Quant à "Père suprême", il a été traduit ainsi aux dépens d'un "Père de tout" allfather plus lourd et moins significatif).
- Le mot "parents de fëanor" est en anglais Fëanor's kin dons "parenté" de Fëanor. Ici ses fils plus  précisément.
                                    
 
 La suite de l'histoire ?
 
   Si vous cherchez dans le Silmarillion, il n'en est fait état que par un passage fade et nettement moins intéressant...il ne nécessite toutefois qu'un Siilmarillion!
"Alors Fëanor fit un serment terrible. Ses sept fils sautèrent à ses côtés et firent ensemble la même promesse. Le reflet des torches ensanglantait leurs épées. Un serment que nul ne pourrait briser, ni reprendre même au nom d'Ilùvatar, sans attirer sur sa tête les Ténèbres Eternelles. Ils prirent pour témoins Manwë et Varda, et les hauteurs sacrées du Taniquetil, et jurèrent de poursuivre de leur haine et de leur vengeance jusqu'aux confins du monde tout Vala, Démon, Elfe, tout humain ou tout être encore à naître, toute créature grande ou petite, bonne ou mauvaise qui pourrait venir au monde jusqu'à la fin des temps et qui aurait un Silmaril en sa possession."

Si la traversée du désert gelé de l'Helcaraxë et la poursuite de Melkor étaient défendables vis-à-vis de la morale, il est une chose pour laquelle les Noldor furent maudits. Quand leur fuite les amena aux plages d'Aman, ils tentèrent de persuader leurs frères Teleri, qui gardaient les plus beaux bâteaux qui aient jamais navigué sur les mers d'Arda, de les accompagner. Mais les Teleri refusèrent. Et Fëanor revint, lui, avec son peuple, s'emparer des bâteaux, et là les épées furent tirés. C'est ce qu'on appelle le massacre fratricide  d'Alqualondë, quand les elfes s'en prirent aux elfes, et que là commença, invisible, la chute des Noldor.

Les Valar ne voulaient pas les arrêter par la force. Alors que les Noldor naviguaient, apparut devant eux Mandos.
La Malédiction de Mandos concerne tous les Noldor qui ont fui les Terres immortelles derrière Fëanor.
 "
Vous pleurerez des larmes sans nombre* et les Valar fortifieront Valinor pour vous enfermer au dehors, afin que même l'écho de vos plaintes ne franchisse plus les montagnes. La colère des Valar s'étend de l'Est à l'Ouest sur la maison de Fëanor " ;
" Vous avez répandu injustement le sang de vos frères, et avez souillé la terre d'Aman. Pour le sang vous verserez le sang, et au-delà d'Aman vous marcherez dans l'ombre de la Mort"
(le Silmarillion, la fuite des Noldor)
*
Mandos semble voir par-delà le temps. Allusion à Nirnaeth Arnoediad, la Bataille des Larmes Innombrables, véritable déconfiture des Noldor face à Melkor qui étend alors son influence sur tout le Beleriand, à l'exception de la cité cachée de Gondolin , dernier bastion des Noldor.

Cependant, il est vu qu'après la Guerre de l'Anneau à la fin du Troisième Âge, Galadriel, seule elfe en Terre du Milieu à être de la maison de Finwë et à avoir vécu la fuite des Noldor, puisque c'en était une, retourna dans l'ouest aux côtés des Valar. De quel droit pouvait-elle se le permettre? Si Galadriel n'a tué personne, et  n'a fait que suivre sa maison, elle était quand même concernée par la malédiction.

Cela parce qu'il y eut un elfe pour demander pardon aux Valar et les appeler au secours:
Eärendil, fils de Tuor et d'Idril, petit fils de Turgon roi de Gondolin. Futur père d'Elros, premier Roi de Nùmenor, et d'Elrond. Eärendil, le Béni, le Navigateur, qui eut dans sa main un Silmaril, et qui eut la sagesse et la pureté de le jeter au loin, fut apprécié des Valar. Il implora leur pardon, et leur aide. Car l'entreprise des Noldor s'était soldée par l'échec: Depuis la prise de Gondolin, où périt Gothmog, mais aussi Turgon, les Noldor étaient perdus, et Melkor avait étendu son emprise sur tout le Beleriand.

Alors les Valar forgèrent la plus grande armée. Valinor partit en guerre contre Melkor, traversa Belegaer la grande, et le vainquit. Ses armées furent balayées, Ancalagon fut terrassé par Eärendil alors que les Aigles défiaient les autres dragons. Les Balrogs furent détruits, et seuls quelques-uns purent s'échapper des les profondeurs du Monde, dans les Monts brumeux de la future Moria, pour ne pas les citer. Sauron, lieutenant de Melkor, s'enfuit lui aussi au loin. Alors qu'Angband se vidait ainsi progressivement, Melkor lui aussi fut pris et enchaîné pour l'éternité. Ainsi le Beleriand fut-il détruit par l'énergie de la bataille qui marqua la fin du Premier Âge.


En fin de compte, Fëanor tombera au combat sans même revoir sesFingon et Gothmog Silmarilli. Il sera tué par Gothmog, prince des Balrog, le même qui tuera Fingon à Nirnaeth Arnoediad, la Bataille des Larmes Innombrables, et qui sera terrassé par Ecthelion lors de la prise de Gondolin.
De ses fils, seuls deux les toucheront, quand
Maedhros et Maglor les voleront à l'armée de Valinor après la défaite de Melkor. Les splendides joyaux brûleront leur main impure, et  c'est d'un désespoir ironique que Maedhros se précipitera dans une crevasse avec le sien, alors que Maglor le jettera à la mer, pour finalement errer à jamais non loin de celle-ci, éloigné pour toujours des autres de sa race.
Tout ceci faisant en tout et pour tout...

Un silmaril au coeur d'Arda, car Maedhros tombe dans un "brasier" qui n'est sans doute
pas éloigné à la correspondance de deux plaques tectoniques et à la disparition du Beleriand.

Un deuxième est dans la mer, il n'appelle personne, non pas comme l'Anneau Unique duquel émane le maléfice et qui ensorcèle, dans le but de retourner à son maître.

Le dernier est dans le ciel, sur le front d'Eärendil. Eärendil avait préférer jeter son Silmaril, le même qui avait autrefois été arraché de la couronne de Melkor par Beren lui-même, lors de la formidable aventure de Beren et Lùthien.
Mais les Valar considérèrent son geste, et lui rendirent son Silmaril, car son coeur était pur. Ainsi eut-il la faveur des Valar, qui l'écoutèrent quand le temps fut venu pour eux de venir au secours des peuples du Beleriand.

  


La lignée de Fëanor s'éteint au Second Âge avec la mort de Celebrimbor, le fils de Curufin (voir tableau à gauche).

L'assassinat de Celebrimbor par Sauron, ancien lieutenant de Melkor, coïncide avec la résurgence du mal en Terre du Milieu.

Après avoir fait forger par les elfes forgerons les Anneaux de pouvoir, et créé l'Anneau Unique, Sauron marchera sur eux en tuant Celebrimbor au passage, arrachant les anneaux pour les redistribuer ensuite.




Celebrimbor est le
forgeron des anneaux portés par Galadriel, Elrond, et Gandalf, soit les trois  plus puissants  Anneaux de Pouvoir. Il est aussi le créateur de la porte de la Moria.


Cette mort confirme en fin de compte la malédiction de Mandos. (Mandos, est-il utile de le rappeler, est le Vala du jugement, et c'est tout ce qui lui importe).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Eric 21/01/2008 17:50

Oui je l\\\'ai  vu , animatrix , et beaucoup aimé le court avec l\\\'athlete en effet , super bien fait , c\\\'est un film que je regarde souvent par petits bouts !!!!Eric

Koulou (Flegroll) 16/07/2007 20:05

Vache ! j'aimerais que mes illustrations soient aussi belles que ça... on s'exerce... on s'exerce...

aurore 26/11/2006 16:20

salut bonjour ^^
merci a toi d'etre passé sur l'ame des eldars,j'ai repondu a ton com' a propos du seigneurs des anneaux ^^ c'est sympa d'avoir fait ces remarques mais j'ai expliqué un peu le pk du comment de ces fautes^^
sinon tes fautes d'ortho sont toutes pardonnées allons!! lol

Philaera 15/08/2006 18:27

Bravo pour votre blog sur Tolkien, cet homme là est un Grand, un magicien. Ces livres sont à lire et à relire...