Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Tol Eressëa
  • Tol Eressëa
  • : Tol Eressëa
  • Contact

Bienvenue!

 

Aiya Ilquen !  (Bonjour à tous!)
Ce site représente ma passion pour l'univers de Tolkien.


A l'heure actuelle, j'entreprends de réécrire tous les articles publiés depuis 2005 en articles beaucoup plus complets et riches, et j'envisage de monter une encyclopédie. C'est la raison pour laquelle vous verrez peut-être certains articles encore en élaboration. Tous vos encouragements sont les bienvenus.

 

Je suis toujours ouvert aux questions, qu'elles soient précises ou non. N'hésitez pas à m'envoyer un mail à tol-eressea@live.fr


 

 

 

 

 

 

 

Peinture

J'essaie d'utiliser en priorité des tableaux. Ils sont surtout de Ted Nasmith, de John Howe ou bien d' Alan Lee.(Le signaler pendant le texte le rendrait encore plus lourd à lire, alors je le fais ici). Parfois les tableaux sont trop volumineux pour rentrer, alors j'utilise des images du film, ce qui rend le texte peut-être plus compréhensible. La plupart des images sont présentes sur internet en format réel, et je peux en envoyer sans problème si vous me le demandez, mais vous les trouverez sur les sites respectifs des auteurs:

www.tednasmith.com

www.john-howe.com

(Pour Alan Lee, vous pouvez en trouver à partir de cette page... http://fan.theonering.net/ )

 

Utùlie'n aurë! Auta i lomë!

" Utùlie'n aurë! Aiya Eldalië ar Atanatàri, utùlie'n aurë!
The day has come! Behold, people of the Eldar and Fathers of Men, the day has come!"
And all those who heard his great voice echo in the hills answered crying: 'Auta i lomë! The night is passing!

The Silmarillion, XX. Of Nirnaeth Arnoediad

 
Histoire                      Peuples                 Langues                Dieux             Terres

Derniers Articles

23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 09:15

 

L'Argonath est une antique construction du Gondor représentant Isildur et Anarion statufiés. Datant du milieu du Troisième Âge, elle fut érigée pour  dissuader les étrangers de descendre l'Anduin et d'atteindre le Gondor. Après l'âge d'or et le temps des Grands Rois, elle fut peu à peu abandonnée, mais la grandeur et la finesse des deux statues témoignent encore de l'art de Nùmenor avant son déclin. La Communauté de l'Anneau passa entre ces deux piliers peu avant sa dissolution.l'Argonath

 

Noms: Argonath (nom sindarin; Ar-, roi, gon-, pierre). Portes de l'Argonath, Piliers des Rois (Angl. Pillars of the Kings), Pierres des Rois (trad. du sindarin), Porte des Rois.
Détail: Deux grandes statues d'Isildur et d'Anarion, coiffées d'un heaume et d'une couronne, portant une hache à la main droite et levant la main gauche.
Emplacement: Entrée du lac Nen Hithoel sur l'Anduin, près de l'Emyn Muil au nord du Gondor.
Fonction: Interdit la descente de l'Anduin aux étrangers du Nord, mais ne marque pas la frontière.
Dates: Troisième Âge. Construction vers 1248 et abandon probable en 1636 du T.A. .



 

"Elles étaient, en fait, taillées et façonnées: l'art et le pouvoir de jadis s'y étaient appliquées, et elles conservaient encore en dépit des soleils et des pluies d'années oubliées, les puissantes images qui leur avaient été données. Sur de grands socles fondés dans les profondeurs des eaux se dressaient deux grands rois de pierre: hiératiques, ils contemplaient sévèrement le nord de leurs yeux voilés, sous des sourcils crevassés. Leur main gauche était levée, paume en dehors, en un geste d'avertissement; la main droite tenait une hache; sur leurs têtes étaient un heaume et une couronne effrités. Gardiens silencieux d'un royaume depuis longtemps disparu, ils étaient encore empreints d'une grande puissance et d'une impressionnante majesté. Une crainte respectueuse envahit Frodon (...). Même Boromir baissa la tête (...) sous l'ombre permanente des sentinelles de Nùmenor."

La Communauté de l'Anneau, Livre II.



~Plan de l'article~

I. Une construction menaçante
1) Les ennemis du Gondor et l'aspect menaçant de l'Argonath
2) le territoire du Gondor à son apogée

II. Un symbole de l'art perdu de Nùmenor
1) Une construction impressionnante...
2) ...mais une roche naturelle

III. Représentations picturales
1) Howe ou la version filmique de P. Jackson
2) Hildebrandt, une alternative
3) Nasmith, le respect du texte
 



I. Une construction menaçante

 

1) L'origine de la construction de l'Argonath: les ennemis du Gondor


Au début du XIII siècle, le Gondor s'était protégé des incursions des Orientaux en octroyant la région au sud de Vertbois-le-Grand aux Nortmen (ou Hommes du Nord), car les Orientaux s'étaient toujours infiltrés par la plaine entre les Monts Cendrés et la Mer Intérieure. Malheureusement pour le Gondor, certains Hommes du Nord en vinrent à s'allier aux Orientaux dans leurs raids contre Gondor, provoquant la guerre qu'en 1248, Minalcar, fils du roi du Gondor et régent du royaume depuis 1240, allait mener contre les Orientaux. Il remonta jusqu'à la Mer intérieure de Rhûn à l'est de laquelle il détruisit "tous leurs campements et établissements" (Appendice A, II), et prit alors le nom de gloire "Romendacil" ("Vainqueur de l'Est) pour marquer cette victoire, nom sous lequel il fut couronné en 1304. Entre 1248 et 1250, Romendacil, qui n'était encore que le régent du Royaume, entreprit de fortifier l'Anduin entre l'Emyn Muil et le Limeclair (un confluent de l'Anduin venant de la Forêt de Fangorn). Et ce fut vers cette date que fut érigée l'Argonath.

 


2) Le territoire du Gondor à son apogée

 

Son emplacement "aux abords du lac Nen Hithoel" plutôt qu'à la frontière plus au Nord (laquelle s'étendait de part et d'autre de l'Anduin jusqu'à Fangorn et la Forêt Noire) s'explique par le fait qu'après l'Argonath se trouvaient les montagnes, infranchissables pour une armée, de l'Emyn Muil, qui interLe lac Nen Hithoel et l'Argonath.disaient à quiconque venant de l'est la traversée du Grand Fleuve, et donc que personne ne pouvait embarquer après l'Argonath. Au nord de l'Emyn Muil et de l'Argonath, par contre, de nombreux bas-fond entre les deux méandres de l'Anduin incitèrent à la constitution d'une ligne de défense du côté occidental de l'Anduin. Mais surtout, si l'ennemi décidait, non de traverser l'Anduin, mais de descendre le Grand Fleuve qui l'amènerait au coeur du Gondor, il le pouvait justement jusqu'au lac Nen Hithoel avant les chutes du Rauros, où il pouvait débarquer du côté occidental. Une peur qui explique l'emplacement de l'Argonath, à l'entrée du lac, et la fortification d'Amon Hen, et d'Amon Lhâw de l'autre côté de l'Anduin).L'on pouvait ensuite faire le reste du trajet à pied, mais aussi embarquer après les chutes du Rauros, puisqu'il arrivait que des embarcations parviennent à Osgiliath par le Nord.


3) La menace des deux rois

 

C'est pourquoi la situation de l'Argonath, en tant que dernier avertissement aux étrangers malveillants ayant entrepris la descente de l'Anduin, est intéressante. Minalcar y fit représenter les deux figures légendaires des créateurs du Gondor, les deux frères Isildur et Anarion, qui avant l'Ultime Alliance se partagèrent le pouvoir du royaume. Ce choix n'est pas anodin: il aurait pu s'agit de Minalcar lui-même, ou simplement de deux guerriers menaçants (puisque c'est à peu près déjà le cas). En fait, Minalcar joue sur le fait que ces deux figures ont probablement revêtu une allure de mythe au-delà du Gondor et que leur représentation est à même de rappeler la puissance du Royaume.
Ceci dit, l'aspect des deux rois ne fait aucun doute quant à leur fonction: ils étaient (la Communauté de l'Anneau, Livre II) "menaçants", des formes "menaçantes dans leur mutisme", "contemplant sévèrement" le nord, véritables "sentinelles" et "gardiens". Enfin, "hiératiques" et aux visages "puissants", ils étaient empreints "d'une grande majesté". Des attributs permettaient de les reconnaître et d'ajouter à leur force: une hache pour chacun; "un heaume et une couronne" sur chacune des têtes (ceci dit, la Couronne du Gondor est en fait un heaume serti d'une couronne). Enfin, les deux rois de l'Argonath levaient "leur main gauche en un signe d'avertissement". On en conclut que si la hache est tenue par la main droite, c'est qu'elle est prête à être utilisée si l'avertissement ne suffit pas.


II. Un symbole de l'art perdu de Nùmenor
  

 1) Un édifice impressionnant...


Ces "grandes et vastes formes" "étaient, en fait, taillées et façonnées: l'art et le pouvoir de jadis s'y étaient appliquées". L'art et le pouvoir de jadis, autrement dit le temps où le Gondor était au faîte de sa grandeur, une époque où l'héritage de Nùmenor se maintenait encore. Cet héritage peut se lire ailleurs: non à Minas Anor, Ithil, ou Osgiliath, qui ont plus à voir avec Nùmenor qu'avec le Gondor, mais en des places fortes comme Aglarond (le futur Gouffre de Helm) ou Angrenost (Isengard en langue du Rohan) et sa tour Orthanc, constructions grandioses dont l'édification remonte plus que probablement à cette période où le Gondor était à son apogée, du XIe au XVIe siècle environ. La plus impressionnante caractéristique de l'Argonath est bien sa taille: les statues s'élèvent "à des hauteurs vertigineuses" et nécessitent dans les profondeurs des eaux "de grands socles" de pierre.
Le 25 Février 3019, lors du passage de la Compagnie de l'Anneau, l'Argonath a donc 1800 ans, et, abandonnée et abimée par les intempéries, on y voit alors que les couronnes sont "effritées".
Pourtant, les statues sont "encore empreintes d'une grande puissance et d'une impressionnante majesté" si bien  que Frodon fut envahi "d'une crainte respectueuse" et que "même Boromir baissa la tête".


2) ...mais en partie naturel


L'Argonath n'est pas une pure édification. Il s'agissait avant cela probablement de deux avancées rocheuses qui furent par la suite sculptées par les Gondoriens. On peut comparer ce genre de construction à la tour d'Orthanc, véritable pic naturel qui fut seulement aménagé et ciselé, et non érigé. L'Argonath appartiendrait donc à l'Emyn Muil, comme le laisse supposer le paysage rocheux de ces montagnes.
La description qu'en donne Tolkien dans le Livre II abonde en ce sens: il s'agissait de "deux grands rochers", de "falaises".

 

III. Représentations de l'Argonath: fantaisies et réalités.


1) Howe et la représentation filmique de P.J.

     
La représentation du film est la plus populaire et la plus éloignée d
 esArgonath PJ descriptions de To  lkien. Ces st atues se distinguent de l'Argonath originelle par plusieurs aspects, dont le plus  futile n'est e ncore que le remplacement de la hache par une épée pour l'un des deux rois. Mais ces statues, qui devaient être de "grands rochers", n'ont presq ue plus rien qui rappelle leur ancien état naturel, hormis leur bases et leurs flancs (remarquez à quel point la pierre de l'Argonath n'est pas la même que celle des falaises).

 

Surtout, alors qu'il s'agissait d'édifices "verticaux", tels des "colonnes de pierre" Argonathou des "tours" ou des "piliers", les bras sont tendus horizontalement vers le Nord (alo rs que Tolkien ne mentionne que la main gauche, et non un bras entier). Cette conception est particulièrement  farfelue si l'on remarque que l'Argonath de  P.J. fait apparaître les rainures des blocs de pierre sculptée sur tout l'édifice, comme si l'Argonath avait été élevée pierre par pierre,  ce qui est particulièrement visible sur la seconde l'image ci-contre. Si c'était effectivement le cas, il est difficile de soutenir l'idée que les bras d'Isildur et Anarion puissent tenir, même avec tout l'art de Nùmenor.

 

Malgré tout, lJohn Howe - The Argonatha reconstitution du film est de loin la plus précise (la seule à avoir imaginé et dessiné des sandales nobles pour les deux rois) et reste très soignée (le drapé, le visage) et globablement fidèle tout de même (remarquez la beauté du heaume-couronne du Gondor, avec les ailes sur les côtés) ce qui la rend digne d'être comparée aux autres versions.

Howe a servi de source d'inspiration, ici comme en bien d'autres choses, pour les équipes de Peter Jackson. Son tableau, ci-contre à gauche, rappelle la filiation par les deux bras très relevés, et on peut aussi remarquer un visage imberbe et un autre barbu, comme dans le film. Par contre, les deux haches sont bien présentes et Howe insiste sur le paysage rocheux environnant, comme si les piliers avaient bien été taillés et non édifiés.


2) Hildebrandt, une alternative.
  

     
Hildebrandt, la représentation la plus ancienne,  propose une idée plus proche de celle
 d e  THildebrandtolkien, puisque cet te fois-ci les bras sont levés vers le ciel, et non tendus vers le Nord comme dans Howe. Cette conception plus verticale reste assez vraisemblable, vu que la pierre de l'Argonath est la même que celle des falaises. Les deux visages sont vieux, mais portent une couronne et non un heaume. On ne distingue que peu la hache... En fait, les deux rois sont systématiquement identiques.

 
3) Ted Nasmith, le respect du texte.

 
C'est
Ted Nasmithassurément Nasmith qui mérite le plus l'attention. Son Argonath est clairement beaucoup plus originale et reste la plus crédible aussi, dans le sens où bras et mains sont rapprochées du reste du corps, ce qui rend vraisemblable le fait de la roche taillée et rappelle au mieux le nom "Piliers des Rois" alors que les autres versions ressemblent plus à des statues. Les rois sont aussi plus minces. C'est la seule version où Isildur et Anarion portent la hache près de leur coeur. Remarquez l'originalité des visages et des parures des ris. Néanmoins, il faut remarquer que les bras sont toujours tendus l'avant, mais pas autant que ceux de l'Argonath de PJ.


27/11/2005 14:00  - 23/07/2010 10:54

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Benoît 31/01/2010 02:03


J'ai lu ça dans L'Encyclopédie des Elfes, d'Edouard Kloczko, qui a été écrite d'après les écrits (publiés ou non) de Tolkien.

Sinon je suis Tolkiendil en freelance lol. J'ai plein de documentations sur son univers mais n'ai pas encore franchi le pas de la création de site, faute d'avoir les compétences adéquates.


Tiki 31/01/2010 20:07


Je pensais que Kloczko ne faisait que de la linguistique.
Concernant le site, ça ne sert à rien de mettre la barre si haut que tu repousses le moment de t'y mettre. La communauté francophone tolkienienne est en chute libre depuis que les derniers remous
du Retour du Roi ont cessé, et ça va durer jusqu'à ce que sorte Bilbo le Hobbit. Mais ça ne réveillera certainement pas les gens autant que la trilogie l'a fait. C'est pour ça que si tu te sens
d'humeur professorale il ne faut pas hésiter.. Sites (et forums) comme celui que je tiens sont abandonnés tous les ans, et on a besoin d'un renouvellement de la communauté des sites tolkieniens
purs, qui sont les jalons nécessaires pour canaliser les fans et instruire les forums qui arriveront avec la sortie de Bilbo. Pour tolkien, il faut faire un effort et dispenser ce que tu sais, si
du moins tu y trouves du plaisir, afin que la flamme perdure. Surtout, la seule compétence requise, c'est l'enthousiasme =)


Benoît 29/01/2010 16:37



Alors j'ai relu le livre dans lequel ils parlent des réincarnations et tu as raison, c'est bien Mandos qui décide si l'âme peut se réincarner ou pas. La nuance est dans le fait que chaque âme
doit attendre un certain temps avant de "renaître" (temps déterminé par Mandos et lié aux actions négatives ou positives réalisées par l'Elfe concerné). Le choix de l'Elfe réside entre se
réincarner dans son ancien corps (comme Glorfindel fera, grâce aux soins de Manwë qui lui "reconstruira" son ancien corps) ou dans un corps identique à celui qu'il avait avant (dans le cas où son
ancien corps aurait été détruit).

L'Elfe ayant refusé la réincarnation c'est Finrod Felagund, et celui à qui Mandos l'a refusée c'est Fëanor.

Concernant les Hommes, Erù en a voulu ainsi qu'ils ne soient pas liés au monde, et de ce fait, même si leurs âmes passent un temps dans les cavernes de Mandos, elles n'y restent pas et finissent
par quitter "les cercles du monde" pour aller Erù seul sait où...

Finalement c'est un peu de nos 2 visions ^^



Tiki 30/01/2010 14:45


Pas de problème pour Fëanor, mais je ne me souviens pas d'avoir rien lu concernant la reconstitution du corps de Glorfindel ou le refus de Finrod. Ce sont des détails qui ne doivent pas se trouver
dans le Silm, alors tu tires ça de quel home? En tout cas il s'agit bien ici d'accorder la faveur aux elfes qui ont fait don de leur vie pour sauver les autres (cf Finrod et Beren).
Au fait, tu disposes d'un site, d'un forum, ou bien tu es tolkiendil en freelance? =)


Benoît 29/01/2010 01:32


Coucou ^^

J'ai lu le Silmarillion et les Contes et Légendes inachevés ainsi que d'autres ouvrages de et sur Tolkien et j'ai interprêté différemment la notion de réincarnation. D'après ce que j'ai pu lire,
Hommes ou Elfes se retrouvaient dans les cavernes de Mandos après leur mort, mais les Elfes avaient de par leur état d'elfes le choix entre soit être renvoyés en TdM dans un nouveau corps, tout en
gardant les souvenirs de leur(s) vie(s) passée(s), soit rester dans les cavernes jusqu'à la fin du monde. Mandos n'intervenait que pour juger si l'Elfe avait mérité cette réincarnation ou non.

Voilà ce que j'ai compris de la "résurrection" des Elfes. Ta version est peut-être bonne aussi mais je trouvais intéressant de faire part de cette version aussi ^^

Benoît


Tiki 29/01/2010 09:56


Salut!
Nos avis divergent, mais si tu dis que la réincarnation doit être méritée et donc validée par Mandos, tu ne peux pas dire que les Elfes restent par choix dans les cavernes. Si la réincarnation est
une récompense accordée exceptionnellement pour exploits etc, le fait d'y errer ou de ne pas en être relaché est bien une prérogative du Vala, qui prime largement sur la volonté des elfes.
Probablement que l'intéressé est consulté en dernier lieu, mais qui refuserait de sortir des Cavernes, prison des âmes? Si tout le monde en rêve, il n'y a pas lieu d'effectuer un choix, et Mandos
intervient bien, mais à la manière d'une faveur, car il gracie le prisonnier.
Par contre je ne suis pas sûr que les ressuscités soient forcément renvoyés en Terre du Milieu (à moins que tu entendais Arda). Ni que ce soit un "nouveau corps". Bien sûr l'ancien est mutilé, mais
s'agit-il d'une nouvelle apparence physique? J'en doute. Probablement qu'il la conserve, et que même dans les Cavernes de Mandos Hommes et Elfes doivent errer sous une forme plus ou moins diffuse,
mais physique tout de même, représentant leur ancien corps comme dans les enfers grecs. Mais je m'avance...Alors dis-moi ce que tu en penses =)


Gaston Lagaffe 13/03/2006 11:57

Je ne comprend pas pourquoi tu dis dans ton titre la pierre cachée, puisqu'il n'en n'est fait nulpart mension dans l'article. Tu devrais continuer l'article pour que l'on sache ce que devient Glorfindel.

Tew 19/03/2006 11:59

Glorfindel continue son petit bonhomme de chemin. C'est lui qui normalement sauve Frodon des nazgul (à la place d'arwen dans le film). Sinon, tout simplement, Gon-dolin veut dire pierre cachée. Normal! Une cité de pierre blanche dans la vallée de Tumladen, gardée par les montagnes..inaccessible..