Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Tol Eressëa
  • Tol Eressëa
  • : Tol Eressëa
  • Contact

Bienvenue!

 

Aiya Ilquen !  (Bonjour à tous!)
Ce site représente ma passion pour l'univers de Tolkien.


A l'heure actuelle, j'entreprends de réécrire tous les articles publiés depuis 2005 en articles beaucoup plus complets et riches, et j'envisage de monter une encyclopédie. C'est la raison pour laquelle vous verrez peut-être certains articles encore en élaboration. Tous vos encouragements sont les bienvenus.

 

Je suis toujours ouvert aux questions, qu'elles soient précises ou non. N'hésitez pas à m'envoyer un mail à tol-eressea@live.fr


 

 

 

 

 

 

 

Peinture

J'essaie d'utiliser en priorité des tableaux. Ils sont surtout de Ted Nasmith, de John Howe ou bien d' Alan Lee.(Le signaler pendant le texte le rendrait encore plus lourd à lire, alors je le fais ici). Parfois les tableaux sont trop volumineux pour rentrer, alors j'utilise des images du film, ce qui rend le texte peut-être plus compréhensible. La plupart des images sont présentes sur internet en format réel, et je peux en envoyer sans problème si vous me le demandez, mais vous les trouverez sur les sites respectifs des auteurs:

www.tednasmith.com

www.john-howe.com

(Pour Alan Lee, vous pouvez en trouver à partir de cette page... http://fan.theonering.net/ )

 

Utùlie'n aurë! Auta i lomë!

" Utùlie'n aurë! Aiya Eldalië ar Atanatàri, utùlie'n aurë!
The day has come! Behold, people of the Eldar and Fathers of Men, the day has come!"
And all those who heard his great voice echo in the hills answered crying: 'Auta i lomë! The night is passing!

The Silmarillion, XX. Of Nirnaeth Arnoediad

 
Histoire                      Peuples                 Langues                Dieux             Terres

Derniers Articles

1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 03:00

 

Fondée par Isildur après la chute de Nùmenor, Minas Ithil fut la jumelle de Minas Anor de l'autre côté de l'Anduin. Cette cité, souvenir de l'Ouistrenesse, tomba lors du siège des Esprits Servants de l'Anneau en 2000-2002 du Troisième Âge, fut renommée Minas Morgul et devint le repaire du Roi-Sorcier. Les environs, désormais lieux d'épouvante, se pourrirent sous l'effet du Mal environnant, ne laissant rien subsister du passé de l'ancienne forteresse nùmeno-gondorienne.


Noms: Minas Ithil, Tour Isil, Tour de la Lune, Tour de la Lune Montante (ToMinas Ithilwer of the Rising Moon). Après 2002 du Tiers Âge: Minas Morgul, Morgul, Tour de la Sorcellerie/ Tour du Sorcier/ Tour des Sorciers (traduction du sindarin), la Cité Morte (mais continue d'être parfois appelée Tour de la Lune * ).
Type: Cité forte du Gondor. Après la prise par les Spectres de l'Anneau en 2002 III, devient la forteresse du Roi-Sorcier.
Fondateur: Isildur, Roi du Gondor.
Emplacement: sur une colline** dans Imlad Morgul, Vallée des Esprits et Vallée de la Mort Vive, près de la rivière de Morgul-duin  et du Col de Morgul (noms postérieurs à la fondation); sur une avancée de l'Ephel Duath, entre l'Ithilien et le Mordor; quasiment en face du site de Minas Anor. (voir carte)
Dates: Construction vers 3320 au Second Âge. Prise par les Nazgul en 2002 du Troisième Âge, puis détruite au Quatrième Âge par le Roi Elessar de Gondor.

* Le Seigneur des Anneaux, Livre IV, chapitre VII (Gollum). "C'est la route de la Tour de la Lune à la cité ruinée".

** Ibidem, chapitre VIII. "Frodon (...) arracha son regard de la cité sur la colline".


 

"Comme vous le savez, cette cité était autrefois une place forte, belle et fière, Minas Ithil, jumelle de notre propre cité. Mais elle fut prise par des Hommes Sauvages que l'Ennemi avait dominés dans sa première force (...). Ils prirent Minas Ithil et y résidèrent et ils l'emplirent de pourriture, comme toute la vallée environnante"

Les Deux Tours, Livre IV, Chapitre 6. 

 

~plan de l'article~


I. Une place forte stratégique en Mordor

1) Les origines nùmenoréennes

2) Une vie discrète au sein du Gondor

3) Une deuxième naissance sous Sauron (2002 T.A.): Minas Morgul


II. La cité blanche

1) Une cité populeuse

2) Une tour et un fort imprenables

3) La lumière de Minas Morgul


 




I. Une place forte stratégique en Mordor (3320 S.A. - 3019 T.A.)


1) Les origines numenoréennes


a) Conjectures sur la fondation de la cité


Le site de Minas Ithil avant l'arrivée d'Isildur était probablement inoccupé, et il ne devait se trouver aucune fortification ou embryon de ville préexistant à la fondation d'Isildur du fait de la présence menaçante de Sauron au Mordor (depuis environ l'an 1000 du Second Âge) jusqu'en l'an 3262 S.A., date à La fuite des Elendililaquelle il fut emmené de force sur l'île de Nùmenor.
Au contraire, après la Submersion de Nùmenor, en 3319-3320 S.A., les Exilés pensèrent que "la catastrophe [de Nùmenor] avait eu cela de bénéfique que Sauron avait péri lui aussi"1 et ne virent pas de danger à s'installer sur les frontières  du Mordor.

  Note  : Le Silmarillion, dans "Les Anneaux de Pouvoir..." soutient que c'est pour "menacer Morgoth" que Minas Ithil fut érigée si près du Mordor. Mais comme il indique également que les Nùmenoréens ne se rendent compte de la présence de Sauron qu'après, il s'agit probablement d'une omission. 

Mais si Anarion fonda peut-être Minas Anor à son débarquement en Terre du Milieu, Isildur ne débarqua pas près du site de Minas Ithil, mais bien loin à l'ouest, au plein milieu des Montagnes Blanches où il déposa la Pierre dite d'Erech ramenée de Nùmenor1b. En fait de débarquement, il est probable qu'Isildur, après avoir retrouvé Anarion près de l'Anduin, entreprit de coloniser l'autre côté du fleuve plutôt que de suivre son frère cadet. Il nomma cette région selon son nom propre (l'Ithil-ien, la région de la Lune de Isil-dur, l'Ami de la Lune), et débuta la construction d'une cité en face de celle de son frère, le chef-lieu de la nouvelle région de la Lune, qui trouva un nom tout prêt, Minas Ithil (la Tour de la Lune), tout en ignorant que Sauron se trouvait de l'autre côté des Monts de l'Ombre. Il disposait pour cela des Exilés qui se trouvaient sur les trois navires sous son commandement lors du départ de Nùmenor et qui fournirent pour ses débuts l'embryon de la population de Minas Ithil, ainsi peut-être que des Nùmenoréens du continent déjà établis dans les environs, si la chose est possible.
Par ailleurs, si Minas Ithil était effectivement le chef-lieu de l'Ithilien, la vallée de Minas Ithil offrait une place facilement défendable, en retrait de l'Ithilien. Elle était plus éloignée d'Osgiliath que Minas Anor, de laquelle il ne fallait qu'une poignée d'heures pour joindre la capitale, alors qu'il fallait compter environ deux jours pour faire le trajet de Osgiliath àMinas Ithil.
Quoi qu'il en soit des conjectures, Minas Ithil fut fondée vers le même temps que Minas Anor et Osgiliath, peu après le débarquement de Exilés, dès les débuts du Gondor dont la création officielle remonte à 3320 du Second Âge.


b) La première prise par Sauron

 

Il s'avéra un siècle plus tard que Sauron n'avait pas été détruit lors de la submersion de Nùmenor, et que son esprit s'en était retourné au Mordor. Il surprit les Exilés en attaquant le nouveau Gondor et en s'emparant de Minas Ithil, en 3429 du Second Âge. Cet acte marquait le renouveau d'une guerre entre Sauron et les Nùmenoréens qui allait entraîner la création de l'Ultime Alliance des Hommes et des Elfes. Sauron avait cru les Nùmenoréens tous engloutis jusqu'à ce qu'il apprenne "qu'Elendil, qu'il haïssait plus que tout autre créature, lui avait échappé, et qu'il aménageait un royaume sur ses frontières" 2. Quand Minas Ithil fut prise, apparut ainsi l'erreur d'avoir construit une cité aux si proche de Sauron., au pied du Mordor. Néanmoins, une note des Contes et Légendes Inachevés nous informe qu' "Aratan et Ciryon n'avaient pas participé à l'invasion du Mordor et au siège de Barad-dûr, car Isildur les avait envoyés défendre sa forteresse de Minas Ithil" 3. Comme l'assaut sur le Mordor  et la bataille sur Dagorlad avaient eu lieu en 3434, cela signifie que Minas Ithil avait été déjà reprise à cette époque par le Gondor. Elle serait donc restée moins de cinq ans sous le contrôle de Sauron (qui l'avait prise en 3429) avant d'être reprise par le Gondor, au minimum en 3434, sinon avant. Néanmoins il faut avouer que cette note n'a pas été exploitée dans ce sens, et que comme il n'y a pas d'autre détail à ce sujet il peut s'agir d'une omission de la part de Tolkien; il n'existe donc pas plus d'informations sur l'épisode de cette occupation par l'ennemi, et il semble qu'elle a été suffisamment brève pour ne pas laisser de séquelles. Il est à noter un fait sur lequel  Tolkien ne donne non plus aucune précision: la palantir de Minas Ithil ne fut apparemment pas inquiétée lors de cette  prise de 3429 S.A. alors qu'elle s'y trouvait sûrement déjà. Se pourrait-il qu'Isildur, s'enfuyant avec un rejeton de l'Arbre Blanc, ait aussi emmené la palantir? Ou la palantir ne s'y trouvait pas (à l'instar de la Pierre Orthanc, car Isengard ne fut fortifié que plus tard) ou encore elle ne put être découverte par les serviteurs de Sauron qui ignoraient son existence. Quoi qu'il en soit, le fait que Minas Ithil ait été vidée de ses habitants gondoriens à la fin du Second Âge participe à expliquer, par ce mauvais départ, le peu d'importance que la cité revêtit au Gondor par rapport aux autres, notamment Minas Anor, durant le Troisième Âge.

 


2) Une vie discrète durant le Tiers Âge (1 - 2002 T.A. )

 

Le moins que l'on puisse remarquer est que Minas Ithil ne brille pas par sa présence durant le Troisième Âge. Il n'est tout simplement fait aucune mention d'elle dans les annales (Appendice B du Seigneur des Anneaux) jusqu'aux fameuses années 2000-2002 de ce Troisième Âge au terme desquelles la cité fut prise par les Esprits Servants de l'Anneau. Qu'était-elle devenue entre temps? S'était-elle lentement vidée au cours des années, et seulement brièvement repeuplée après sa libération due à son occupation par l'Ennemi au Second Âge? Etant donné le peu d'informations qui nous sont proposées, il reste à essayer de déduire des événements que nous connaissons ce qui a pu concerner Minas Ithil.

 

a) Minas Anor ou la "soeur préférée".

 

Au tout début du Tiers Âge, dans les années 1-2, le Gondor est de nouveau délimité par Isildur.  Il gratifia  Minas Anor du rejeton de l'Arbre Blanc de Minas Ithil, abattu par Sauron en 3429. On aurait pu interpréter ce geste comme une marque de préférence pour Minas Anor, n'eût été la précision qu'Isildur planta cette graine "en souvenir de son frère Anàrion" 4 mort lors du siège de Barad-Dûr.

Par ailleurs, Sauron défait, on ne craint à cette époque plus le Mordor, comme après la chute de Nùmenor. La Pierre-Isil, la palantir de Minas Ithil, fut réinstallée; elle a pu aussi rester dans la tour au cours du siège de 3429. Minas Ithil est de nouveau une cité, et pas une pure forteresse comme l'Insengard allait le devenir.

L'action d'Ostoher, septième roi du Gondor en 420 T.A., est intéressante. Les Tables Royales nous apprennent qu'il reconstruisit Minas Anor. Minas TirithEst-ce parce que la cité avait été assiégée par le Mordor avant qu'Elendil et l'Ultime Alliance ne descendent des Monts Brumeux? Cela paraît improbable, même si Anàrion était en difficulté, car il aurait supporté un assaut plus grand encore sur Osgiliath. Dans l'Appendice A, on apprend que Minas Anor devait par la suite (après 420) devenir résidence d'été des Rois, mais il est probable que Minas Anor fut plutôt reconstruite par Ostoher dans ce but  même. Elle fut choise pour son cadre plaisant, plus plaisant que celui de Minas Ithil (enfermée dans les montagnes de l'Ephel Duath, et à l'inverse de Minas Anor, ne donnant pas balcon sur Osgiliath), et ce roi comptait bien l'aménager pour en faire une résidence royale, même si ce n'est pas franchement indiqué. Quant à savoir pourquoi les rois ne se plaisaient plus l'été à Osgiliath, la question reste sans réponse; mais cela informe bien que le rois ne résidaient jamais à Minas Ithil. Et alors qu'au Second Âge, Minas Ithil avait été une demeure royale, celle d'Isildur, comme Minas Anor pour Anarion, au Tiers Âge on lui préféra Minas Anor. Il n'y avait plus qu'un roi, contrairement aux deux premiers rois du Gondor se partageant le pouvoir, et il fallut trancher, d'autant que ce n'est pas la proximité de la contrée tant haïe du Mordor qui dût aider les choses. Et les rois choisirent de ne plus résider que l'été à Minas Anor et l'hiver à Osgiliath, et jamais à Minas Ithil.

On peut expliquer la préférence de Minas Anor en raison de son cadre idyllique et de sa situation stratégique (non enfermée comme Minas Ithil), mais il est peut-être plus vrai de penser  que les Gondoriens s'étaient aperçus du danger du Mordor, et qu'il n'était pas sage de faire de Minas Ithil une capitale politique, elle qui avait prouvé qu'elle pouvait être prise.

Surtout, après Isildur, les rois du Gondor étaient de la lignée directe d'Anarion (Meneldil, le premier roi du Gondor au Tiers Âge, était son fils) et non de celle d'Isildur, et le fait qu'ils aient voulu honorer cet héritage en choisissant Minas Anor et non Minas Ithil pour résidence d'été puis pour capitale du Gon dor, et en l'aménageant régulièrement (depuis Ostoher), est à considérer. Car le problème ne se posait pas forcément en termes de beauté, et Minas Ithil n'était pas dénuée de charme même comparée à Minas Anor, et on lit qu'elle se tenait jadis "belle et radieuse au creux des collines" 5 et Faramir dit qu'elle était "belle et fière" 6

En tout cas, cette tendance de la préférence s'accentua à partir du XVe-XVIIe siècles par un fait nouveau: la ruine d'Osgiliath, qui profita à Minas Anor. Le siège de la royauté, transféré en 1640 par Tarondor7 , devait conforter la citadelle dans son contrôle des routes du Gondor: pouvant joindre aussi bien l'Anôrien et le Calenardhon au nord des Montagnes Blanches que la Lebennin et les autres pays à l'ouest, il s'agissait d'un carrefour tout désigné, probablement détenteur d'un comptoir marchand déjà en concurrence avec celui d'Osgiliath. La question d'une Minas Ithil éloignée ne se posa donc pas, et se posa d'autant moins par la suite, d'autant qu'à l'époque la Tour de la Lune avait suivi un autre chemin: elle était une pierre maîtresse dans la surveillance du Pays Noir.

 

b) La surveillance du Mordor

 

Il est probable qu'au fil des années et de l'attraction exercée sur la population par Minas Anor et Osgiliath, la cité de Minas Ithil se soit vidée de beaucoup de sa population civile, devenant semblable au Cercle de l'Isengard, une fortification imposante maintenue par une garnison gondorienne dont le chef ou le lieutenant s'assurait par intervalles réguliers de la liaison avec la capitale via la palantir de la Tour. Il devait bien s'agir d'une garnison, même forte, plutôt que d'une armée; car à aucun moment dans l'histoire du Gondor il n'est fait mention de renforts quelconques de Minas Ithil. Lorsque le Roi-Sorcier et son armée sortirent de la cité sous les yeux de Frodon en l'an 3019, "jamais une aussi grande armée n'était sortie de cette vallée depuis le temps de la puissance d'Isildur"8.

Minas Ithil, si elle était mal située pour être préférée par les habitants de l'Ithilien, troLes Tours des Dentsuvait néanmoins dans cette passe de l'Ephel Duath un intérêt stratégique. On ignore exactement quand furent bâties les constructions gondoriennes qui devaient surveiller le Mordor: au Nord, les deux Tours des Dents, Narchost et Carchost, et près de Minas Ithil, la Tour de Cirith Ungol, ouvrages qui devaient empêcher la sortie du Mordor. Ce fut sûrement sous le règne de Hyarmendacil, qui vainquit le Harad et marqua l'apogée du Gondor en 1050, car désormais la terre du Mordor était "surveillée par de puissantes forteresses qui gardaient les passes". Or, dès son successeur Atanatar II au XIIe siècle, "on négligeait de monter la garde aux frontières du Mordor". Cette situation dût s'aggraver jusqu'à la Grande Peste de 1636 qui frappa le Gondor, et les annales indiquent qu'en 1640 "on ne monte plus la garde aux frontières du Mordor" 9. Tolkien dit que "durant de longues années, les Tours [des Dents] restèrent vides" 10 et c'est presque le même cas pour la Tour de Cirith Ungol, où "ici aussi la vigilance avait fait défaut" mis à part que "la trahison avait livré la Tour au Seigneur des Esprits Servants de l'Anneau" 11. Car les serviteurs de Sauron revenaient, pour prendre possession de ces forteresses.

 

c)  Le siège


Il est intéressant de constater qu'à l'inverse des Tours des Dents et de la passe de Cirith Ungol, Minas Ithil n'était pas vide, et sa garnison assurément forte alors, puisqu'elle soutint un siège de trois ans sur lequel on ne peut que déduire des éléments. Les orcs, à l'époque de la Guerre de l'Anneau, le nommen t encoreLes Ulairi, Spectres de l'Anneau "le Grand Siège" 12 et un siège de trois ans, c'est très long (Minas Tirith tombe en deux jours, Barad-dûr en sept ans). Cela peut tenir autant à la force des murs de Minas Ithil et à la puissance de la garnison qu'à la faible importance de l'armée des Esprits Servants. Car ceux-ci étaient au  complet, mais assurément pas seuls. Quelles que soit leurs troupes, ils vinrent devant Minas Ithil en "franchissant la passe de Cirith Ungol", ce qui est très étrange: s'il arrivèrent bien par les escaliers qu'empruntèrent Frodon et Sam avec Gollum, à n'en point douter ils ne devaient pas être très nombreux, encore qu'ils purent être rejoints par des renforts venus du Sud ou du Nord. Il est donc finalement plus vraisemblable qu'ils aient pris la cité par revers en venant du Col de Morgul, et non par devant comme s'ils venaient de l'Ithilien.

Le deuxième point qui manque de précision et qui constitue un questionnement jamais résolu est comment, sans ravitaillement, la garnison de Minas Ithil put tenir pendant trois ans. Peut-être le roi du Gondor Eärnil envoya t-il des renforts qui ravitaillèrent Minas Ithil durant ce siège, mais nous n'en avons aucune trace. S'il en avait envoyés, le Gondor aurait assurément balayé les forces des Spectres de l'Anneau car lors de la dernière guerre d'Arnor le Gondor avait envoyé une armée, "une puissante armée (...), pour une guerre des Grands Rois. Ainsi jugèrent les gens du Nord car, au Gondor, cela ne représentait qu'un corps expéditionnaire de dimensions modestes au regard des Forces Vives du pays"13. Cette armée, qui avait d'ailleurs vaincu le même Roi Sorcier, avait bien eu le temps de revenir au Gondor, puisque c'était en 1975, et que le siège de Minas Ithil eut lieu 25 ans plus tard, et le reste des "Forces Vives" du Gondor n'était alors distrait par aucun autre ennemi. Pour tenir tête au Gondor dans la prise de Minas Ithil, le Roi Sorcier avait donc assurément une puissante armée, comme le laisse entendre l'expression "Le Grand Siège" mais ce ne sont encore que des déductions. Ou encore, le Gondor laissa "tomber" Minas Ithil de la même manière qu'il ne se souciait plus, rappelons-le, des Tours des Dents. Enfin, peut-être n'eut-il pas vent du siège avant qu'il ne soit trop tard, car Minas Ithil se trouvait dans un défilé et les messagers ne pouvaient pas parvenir au Gondor, pas plus que les vivres ne pouvaient entrer. Mais dans ce cas, il semble évident le chef de la garnison aurait utilisé la Palantir d'Isildur pour prévenir le Gondor d'un fait si important, et ce à moins qu'il n'ait su l'utiliser. Et qu'aurait fait le Gondor, avec la force dont il disposait encore à l'époque?


3) Une deuxième naissance (2002 T.A.): Minas Morgul

 

a) Quelques changements. Des environs corrompus.

 

 

Pour Sauron, l'un des objectifs de cette prise était la Pierre-Isil, une des palantiri apportées de Nùmenor par Elendil et ses fils lors de la Submersion. Mais elle fut sûrement conservée longtemps à Minas Ithil, car Sauron demeurait dans sa forteresse de Dol Guldur dans la Forêt Noire, et Barad-dûr n'était pas reconstruite alors. Quand Sauron revint au Mordor (2942 T.A.) et remit sur pied la Tour Noire (2951) il prit enfin possession de la Pierre-Ithil, mais la palantir était restée à Minas Ithil pendant près d'un millénaire. Rien ne permet d'affirmer qu'elle fut utilisée.Palantir

Peu après sa prise, Minas Ithil fut rebaptisée Minas Morgul, la Tour des Sorciers, (ou la Tour de la Sorcellerie) car elle était devenue le repaire des Nazgûl et du Roi-Sorcier d'Angmar. Nombre d'éléments du  paysage reçurent aussi de nouveaux noms: la rivière qui coulait de Minas Ithil à l'Anduin (s'appelait-elle Ithil-duin?) fut renommée Morgul-duin (la rivière du Morgul) car, au moins à proximité de Minas Morgul, son eau "fumait; mais la vapeur qui s'échappait en spirales ou en volutes autour du pont était mortellement froide" 14; on appela Col de Morgul la passe qui menait de Minas Morgul à l'intérieur du Mordor. La nouveau pouvoir installé à Minas Ithil inspira une si grande crainte aux Hommes qu'ils surnommèrent la vallée, d'ailleurs renommée Imlad Morgul, "Vallée de la Mort Vive", et les prairies qui s'étendaient autour de la cité "émettaient une faible et écoeurante odeur de charnier" si bien qu'une "senteur de pourriture emplissait l'air"15. Ces champs étaient d'ailleurs "nocifs"16.

La Puissance Ténébreuse s'appropria tout de Minas Ithil, et même les statues du pont, originellement "habillement sculptées en formes humaines et animales" étaient devenues "corrompues et repoussantes" 17.

Enfin, les hommes ne s'approchaient plus de cette vallée "maudite" 18 car leurs esprits y étaient alors "en proie à la folie et à l'horreur" 19.

 

b) Un important rôle au Mordor

 

Avec la prise des forteresses gondoriennes, construites autrefois pour interdire la sortie du Mordor, les serviteurs de Sauron contrôlaient désormais toutes les passes occidentales du Mordor. Leur forteresse principale était Minas Ithil, renommée peu après sa prise Minas Morgul, car Barad-dûr n'était que ruines.

 

On peut voir dans le Retour du Roi que Minas Morgul avait une place spéciale au Mordor. Sam, se trouvant à Cirith Ungol, "remarqua deux livrées, l'une marquée de l'Oeil Rouge, l'autre d'une Lune défigurée par une horrible tête de mort"20. Ces deux livrées, représentant l'une Sauron, l'autre Minas Morgul,  sont intéressantes à plus d'un titre. Il n'est pas révélé l'existence d'autres emblèmes (pour la Morannon, ou le fort de Durthang..) et l'on sait que Cirith Ungol était occupée par les orques de l'Oeil (dont ils avaient donc la marque) et non par des orques "de Cirith Ungol". Minas Morgul était donc probablement la seule forteresse en Mordor à se distinguer par une livrée différente. On pourrait l'expliquer par l'histoire de Minas Morgul (synthétisée par la Lune de l'emblème: une cité du Gondor désormais détenue par Sauron), ou par le fait qu'il s'agissait de la plus grosse forteresse du Mordor (après Barad-dûr). Mais c'est peut-être plutôt parce que Minas Morgul fut la forteresse des Spectres de l'Anneau, et notamment du Roi-Sorcier, le capitaine de Sauron, qu'elle se distingua. Sam dit aussi à Frodon (même chapitre) "Les trucs de Morgul, l'équipement de Gorbag, allaient mieux et ils étaient mieux faits" 21, ce qui autorise à penser que non seulement Minas Morgul possédait des armureries (nécessaires pour l'armée qu'elle hébergeait) mais qu'en plus la qualité était différente, et donc qu'elle n'était pas reliée ni dépendante de Barad-dûr. Surtout, plus qu'un emblème et des armures, Minas Morgul  possédait ses gens propres, et les orques de Morgul n'étaient pas les mêmes que ceux de l'Oeil. 

Ces remarques invitent à penser qu'à l'époque où Sauron ne résidait pas en Mordor mais à L'oeil de SauronDol Guldur, aucun orque portant l'emblème de l'Oeil Rouge n'ait servi. en Mordor Il ne dut y avoir, de 2002 à 2951 T.A., que des orques de la Tour de la Lune, portant cette même livrée. Il est intéressant de voir que Sauron toléra l'existence d'un autre emblème que le sien après son retour au Mordor. Certes, c'était son plus fidèle serviteur, son Noir Capitaine, Roi d'Angmar et Seigneur des Nazgul, mais on peut remarquer que Sauron aurait pu laisser à Morgul le commandement de la passe de Cirith Ungol, ce qu'il ne fit pas, car ailleurs qu'à Morgul tous les orques arboraient l'Oeil Rouge.

On peut considérer cela comme une marque relative d'autonomie, car Saroumane  (mais ce n'était qu'un allié, et un traître) ne fit pas porter à ses serviteurs l'Oeil, mais la Main Blanche. Cela participe à démontrer que Minas Morgul, sous Sauron, ne fut pas une simple forteresse contrôlant une passe, comme les Tours des Dents ou la Tour de Cirith Ungol; c'était, en plus de la résidence des Esprits Servants de l'Anneau, un haut-lieu du Mordor.

 

c) La rivale de Minas Tirith


Jusqu'au retour de Sauron, le pouvoir agissant à Minas Morgul suffit tant à faire face au seul Gondor et à Minas Anor que la capitale du Gondor fut rebaptisée Minas Tirith, "la cité toujours en garde contre les maléfices du Morgul". Harcelant Osgiliath, provoquant même la chute de la royauté (Eärnil II fut provoqué en duel  et tué par le Roi-Sorcier en 2050 T.A.), Minas Morgul était devenue bien plus malfaisante que la secrète Dol Guldur, mais durant la paix vigilante (2063- 2460) on n'entendit plus parler des deux.

Minas Morgul avait beau se trouver en face même de Minas Tirith, le Gondor avait décliné depuis Hyarmendacil (XIe siècle) et malgré la puissante expédition d'Arnor de 1975, qui témoignait de la force militaire du Gondor, Minas Morgul ne fut ni reprise ni inquiétée. Peut-être est-ce parce que le Gondor profita de cette période pour panser ses blessures, comme la perte d'Osgiliath, ou pour se reposer des guerres incessantes (1856, 1899, 1944, 1975). Et dès la fin de la paix vigilante, Morgul recommença à attaquer le Gondor (2475) avec une nouvelle race d'Ourouks particulièrement robustes. Mais les Surintendants "ne pouvait guère faire plus que de défendre ses frontières, tandis que ses ennemis lui préparaient des coups qu'il ne pouvait parer" 22 et ainsi Morgul put toujours menacer le Gondor. Au retour de Sauron au Mordor en 2951, Minas Morgul perdit son importance politique au Mordor, mais elle était toujours l'une des deux forteresses les plus puissantes de Sauron.

Après la Guerre de l'Anneau, Minas Morgul, vidée des serviteurs de l'Ennemi, ne fut pas repeuplée par le Gondor. Le Roi Elessar n'avait aucun doute à ce sujet "car, dit-il, Minas Ithil dans la Vallée de Morgul sera rasée, et, bien qu'elle puisse être nettoyée avec le temps, nul homme ne devra y demeurer durant de longues années" 23. A sa place, la Seigneurie d'Emyn Arnen, que le roi Elessar confia à Faramir, sembla prévaloir pour le commandement de la région de l'Ithilien.

 

d) L'Ithilien sous la menace du Morgul


Durant toutes ces années où le Mal résidait à Minas Morgul, l'Ithilien, la région du Gondor la plus proche du Mordor, perdit ses habitants, mais jusqu'à une période très éloignée. Carte de Minas MorgulOn aurait pu  c roire qu'à la date de 2002 l'Ithilien aurait perdu ses habitants, ou même que lorsque Osgiliath fut "définitiv ement ruinée" en 2475 la peur d'être coupée de Minas Anor dut pousser les derniers résidents à fuir.  Il n'en est presque rien, puisque les derniers habitants partirent en 2901 - 2954 (selon les Tables Royales) et qu'on aménagea à cette é poque le refuge secret d'Henneth Annûn (l'endroit où fut amené Frodon par Faramir et ses hommes) pour tenir tête aux émissaires du Mordor. Mais malgré cela, il est vrai qu'à la prise de Minas Ithil en 2002, "bien des gens qui demeuraient encore en Ithilien s'exilèrent"24. Et c'était une région importante, qui attirait l'attention des dirigeants, rois ou intendants; en 1447, au retour d'Eldacar, le roi légitime du Gondor, les gens d'Ithilien "accoururent se joindre à lui", car la population était encore forte, assez importante pour être comparée à celle de Minas Anor, ce à quoi Minas Ithil ne pouvait prétendre (cf la phrase "On en avait gardé la mémoire à Minas Anor et en Ithilien) ; et en 1640, les gens désertant Osgiliath s'établirent notamment en Ithilien.

 

 

II. La Cité Blanche, une cité véritable

 

1) Une cité populeuse

sous le Gondor comme sous Sauron


On a souvent tendance à considérer Minas Ithil comme une seule forteresse, à l'image du Cercle d'Isengard qui contenait certes des habitations en grand nombre pour y faire tenir une garnison, voire une armée, mais qui n'eut jamais le statut de cité. Minas Ithil était bien une cité, en témoignent les diverses allusions de nombreux protagonistes du Seigneur des Anneaux. Gollum (qui est un puits de science) parle des "maisons blanches"25 à l'intérieur. Faramir, qui connaît l'histoire du Gondor pour s'être enfermé des livres, dit sans équivoque de Minas Ithil qu'elle était "une cité" "jumelle" de Minas Anor, tout en étant une "place forte, belle et fière" 26. Frodon dit "Y aura t-il deux cités de Minas Morgul?" 27 et plus tard  il pense "la cité des Esprits Servants de l'Anneau" 28 et on lit "de la cité vint une clameur (...). De l'autre côté (...) se voyaient les murs de la cité funeste". Par ailleurs son autre nom est la Cité Morte (en parlant des tunnels de Torech Ungol, la demeure d'Arachne: "Les orques (...) étaient souvent contraints de l'employer comme voie la plus rapide de la Cité Morte à travers les montagnes" 29 ). Mais, si Minas Morgul avait autrefois tout d'uMinas Ithilne ville, l'adjectif "morte" n'est là que pour imager la réalité: Minas Morgul est toujours une cité, non pas morte, mais emplie de créatures des Ténèbres.

L'un des principaux arguments en faveur de la "cité" de Minas Morgul à l'époque de la Guerre de l'Anneau tient à une réalité dont fait part Gollum:  "Il [Sauron] sortira un jour de la Porte Noire (...). C'est la seule voie par laquelle des grandes armées peuvent venir"30, ce qui signifie que les armées ne peuvent pas emprunter le Col de Morgul (c'est cette même raison qui fit emprunter l'Udûn à l'Ultime Alliance), trop étroit. Et la seule explication possible à la grande armée qui quitte Minas Morgul devant Frodon, le 10 Mars 3019, et qu'elle était simplement déjà là, et y habitait. Saroumane parvenait bien à héberger ses serviteurs dans le Cercle de l'Isengard, et la Cité de Minas Morgul offrait sans nul doute assez de place pour permettre à une armée de s'installer. Faramir dit "Elle paraissait vide, mais elle ne l'était pas"31. Et comme diraient Sam et Gollum  "La Tour n'est pas vide, n'est-ce pas? - Oh non, pas vide! (...) De terribles choses y vivent. Des orques, oui, toujours des orques; mais des choses pires, des choses pires y vivent aussi "32.


2) Une tour et un fort imprenables

 

Il en est de même pour Minas Tirith: une des principales caractéristiques de cette forteresse nùmenoréenne est la puissance de ses murs: "grands" et blancs. Gollum le répète souvent comme s'il était frappé par la puissance de l'édifice: "Eh bien, maître, elle [la Tour de la Lune] était là, et elle y est encore: la haute tour, et les maisons blanches et le mur" 33. Tolkien écrit que les murs se "dressaient", "haut perchés sur une assise rocheuse". Il s'agissait en outre de "murs de marbre" 34. Faramir semble dire que les murs étaient en ruines35. Peut-être étaient-ils abimés car les consolidations des ouvriers du Mordor ne pouvaient remplacer l'art nùmenoréen, mais la citadelle se tenait. On lit aussi que la porte se trouvait dans le "cercle extérieur des murs", ce qui incite à penser qu'il y en avait un autre au moins à l'intérieur.

La Tour était véritablement "haute" 36 et abritait peut-être les Esprits Servants de l'Anneau, puisque c'est là qu'eut lieu le flamboiement d'éclairs "jaillisant de la tour" pour signaler le départ de l'armée de Morgul. La Tour avait une forme spécifique: "l'assise supérieure de la tour pivotait lentement, d'abord d'un côté, puis d'un autre, énorme tête spectrale".

Au-delà de la porte on passait par un pont, pas en face mais "en contrebas" de la cité, après avoir descendu une route "serpentant dans des détours". De la même manière, "une route de lacets"37   menait de là à la sortie de la vallée. Il y avait certes des prairies de part et d'autre du pont, mais la thèse du siège des Spectres de l'Anneau peut-être encore mise à l'épreuve.

 

3) La lumière de Minas Morgul

 

Une lumière provenait de Minas Morgul, mais "ce n'était pas le clair de lune emprisonné qui jaillissait au travers des murs de marbre (...). Plus pâle en vérité que la lune (...) était sa lumière présente, qui vacillait et soufflait comme une exhalaison fétide de pourriture, une lumière cadavre, une lumière qui n'éclairait rien".38 Mieux, cette lueur a une couleur; car les yeux de Gollum "brillaient alors d'une lumière blanc-vert, reflet peut-être de l'infecte luminosité de Morgul" 39. Cette lumière est à mettre en rapport avec le signal émit par la Tour de Minas Morgul, en réponse à l'appel de Sauron:  après les éclairs "livides", on voit "des zigzags de flamme bleue jaillissant de la tour et des collines environnantes jusque dans les sombres nuages". 40

La lueur semble être en lien avec les Spectres de l'Anneau ou même le Roi-Sorcier, puisqu'après son départ pour l'assaut sur Minas Tirith, "la lumière s'affaiblissait à l'intérieur. Toute la cité retombait dans une ombre noire". 41 On lit aussi qu'elle "était sombre (...) car les orques (...) avaient été détruits, et les Nazgûl étaient sortis" 42. Cependant, en s'éloignant un peu, Minas Morgul était encore pour Frodon une "lueur grise" alors que la nuit et l'obscurité étaient totales, et que la cité était vidée.

Mais les environs aussi étaient emplis de la même lumière "infecte": les prairies étaient "emplies de pâles fleurs blanches (...)" qui les rendaient aussi lumineuses, et la route était "luisante" 43

 

 


Notes

 

I.1. a

1. Le Seigneur des Anneaux, Appendice A, I.

1b. Le Retour du Roi, Livre V ch. 2.

I.3.b

20. Livre VI, chap. 1

21. Ibidem

I.1. b

2. Le Seigneur des Anneaux, Appendice A, I

3. Contes et Légendes Inachevés, le Troisième Âge, I, note 11

I.3.c

22. Le Seigneur des Anneaux, Appendice A, I

23. Le Retour du Roi, Livre VI chapitre 5

I. 2 a

4 Le Silmarillion, Les Anneaux de Pouvoir et le Troisième Âge.

5. Les Deux Tours, Livre IV, chap. 8

6. Livre IV, chap. 6

7. Le Seigneur des Anneaux, Appendice B

I.3.d

24.  Le Seigneur des Anneaux, Appendice A, I

I. 2 b

8. Livre IV chap. 8

9. Le Seigneur des Anneaux, Appendice A, I.

10. Livre IV, chap. 3

11. Livre VI, chap. 1

II. 1

25. Livre IV, chap. 3

26. Livre IV, chap. 6

27. Ibidem.

28. Livre IV, chap. 8

29. Livre IV, chap. 10

30. Livre IV, chap. 3

31. Livre IV, chap. 6

32. Livre IV, chap. 3.

I. 2.c

12. Livre IV, chap. 10 (fin)

13. Le Seigneur des Anneaux, Appendice A, I.

II. 2.

33. Livre IV, chap. 3

34. Livre IV, chap. 8

35. Livre IV, chap. 6 (fin).

36. Livre IV, chap. 3; Livre V, chap. 10

37. Livre IV, chap. 8.

I. 3 a

14. Livre IV, chap. 8

15. ibidem

16. Livre V, chap. 10

17. Livre IV, chap. 8

18. Livre V, chap. 10

19. ibidem.

II. 3.

38. Livre IV, chap. 8.

39. ibidem

40. ibidem

41. ibidem

42. Livre V, chap. 10

43. Livre IV, chap. 8.

 


Si vous avez des remarques, questions, réclamations, je suis à votre disposition à tol-eressea@live.fr


15/08/2010-01/09/10  

Partager cet article

Repost 0

commentaires