Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Tol Eressëa
  • Tol Eressëa
  • : Tol Eressëa
  • Contact

Bienvenue!

 

Aiya Ilquen !  (Bonjour à tous!)
Ce site représente ma passion pour l'univers de Tolkien.


A l'heure actuelle, j'entreprends de réécrire tous les articles publiés depuis 2005 en articles beaucoup plus complets et riches, et j'envisage de monter une encyclopédie. C'est la raison pour laquelle vous verrez peut-être certains articles encore en élaboration. Tous vos encouragements sont les bienvenus.

 

Je suis toujours ouvert aux questions, qu'elles soient précises ou non. N'hésitez pas à m'envoyer un mail à tol-eressea@live.fr


 

 

 

 

 

 

 

Peinture

J'essaie d'utiliser en priorité des tableaux. Ils sont surtout de Ted Nasmith, de John Howe ou bien d' Alan Lee.(Le signaler pendant le texte le rendrait encore plus lourd à lire, alors je le fais ici). Parfois les tableaux sont trop volumineux pour rentrer, alors j'utilise des images du film, ce qui rend le texte peut-être plus compréhensible. La plupart des images sont présentes sur internet en format réel, et je peux en envoyer sans problème si vous me le demandez, mais vous les trouverez sur les sites respectifs des auteurs:

www.tednasmith.com

www.john-howe.com

(Pour Alan Lee, vous pouvez en trouver à partir de cette page... http://fan.theonering.net/ )

 

Utùlie'n aurë! Auta i lomë!

" Utùlie'n aurë! Aiya Eldalië ar Atanatàri, utùlie'n aurë!
The day has come! Behold, people of the Eldar and Fathers of Men, the day has come!"
And all those who heard his great voice echo in the hills answered crying: 'Auta i lomë! The night is passing!

The Silmarillion, XX. Of Nirnaeth Arnoediad

 
Histoire                      Peuples                 Langues                Dieux             Terres

Derniers Articles

13 avril 2006 4 13 /04 /avril /2006 11:23

 

Sur les Silmarilli et l'exil des Noldor.

 

Un Silmaril, des Silmarilli; Quenta Silmarillion: Histoire des Silmarilli, les joyaux créés par Fëanor. (le livre Silmarillion est donc le dérivé, ou la simple abréviation, de Quenta Silmarillion)

Un peu d'elfique pour commencer...

"Fëanor" est la simplification de feanoro, qui signifie en elfique esprit du feu.

(en quenya, plus précisemment, car je rappelle que les deux langues elfiques sont le quenya, haut-elfique parlé au pays des Dieux, Aman,  et le sindarin, elfique utilisé en Terre du Milieu). On peut retrouver dans ce mot une partie de celui d'anor, le soleil. Nar-ya est l'anneau de feu, appartenant à Gandalf [article sur les Istari, ou mages]. Voir l'image dans le  film: "Je suis un serviteur du feu secret, détenteur de la flamme d'Anor"; c'est flou, mais on comprend. Enfin, fëa signifie esprit.

Contexte...

Fëanor fait partie des Noldor, la tribu des elfes qui est arrivée en seconde position à Aman ( le pays des dieux. Pour en savoir plus, cliquez sur Aman) , derrière celle de TirionVanyar (les blonds) et devant les elfes Teleri (retardataires).

 Les Noldor sont ceux des elfes qui sont réputés pour leur savoir, leurs connaissances. On les appelle aussi Gnomes (sans rire). La majorité d'entre eux s'exila avec Fëanor après l'attaque de Fornost et le vol des silmarilli par Melkor, mais quelques-uns restèrent à Tirion, la cité des Noldor (ci-contre).

Après la mort de Miriel, le roi Finwë se remaria avec Indis:

 

                       Silmarilli... ?

En fait, les Silmarilli sont les trois joyaux forgés par Fëanor au Premier Age . Je dis " forgés ", mais en réalité ils ne sont faits d'aucun métal, c'est uniquement la traduction du verbe anglais to forge qui est erronée. (en anglais, cela ne signifie pas forcément travailler le métal, mais modeler une matière quelconque, contrairement au français).

La matière qu'a utilisé Fëanor, le forgeron elfe le plus doué qu'ait jamais porté Arda (et c'est aussi lui qui a inventé l'écriture Fëanorienne; voir la porte de la Moria: ce sont des caractères fëanoriens), est celle qu'il a lui même inventée: les silmarilli sont faits de silima, une substance cristalline, mais incassable . Dans chacun de ses joyaux il y incorporera la lumière des deux arbres de Valinor (Laurelin le doré, et Telperion l'argenté). Ainsi brillent les silmarilli, n'ayant pas besoin d'une source de lumière extérieure, comme brillaient aussi les Deux Arbres avant leur destruction, car c'étaient eux qui éclairaient Valinor. (dans un silmaril, le silima est donc l'enveloppe de "cristal "  contennant la lumière)

                                                    Le Soleil, la Lune?

Ni le soleil ni la lune n'existaient lors de la création d'Arda, ils furent créés pour remplacer la lumière perdue des deux arbres, Telperion et Laurelin.

Car après que les arbres aient été détruits, Valinor fut plongée dans une obscurité totale; mais, plus encore que les ténèbres ou le sentiment d'insécurité qui rêgnait dès lors, c'était la tristesse qui était la plus présente aux esprits des elfes et des ainur. Pendant longtemps, Yavanna, déesse de la terre, (celle qui a créé les deux arbres)  et Nienna, déesse de la pitié, employèrent leur pouvoir (en ce qui concerne Nienna, ses larmes sont guérissantes), presque en vain. Car de ces arbres, il ne subsista rien, hormis, pour chacun, une ultime fleur: argentée pour Telperion, dorée pour Laurelin. Alors, des vaisseaux furent créés pour transporter ces derniers fragments lumineux, et deux maiar furent désignés pour les conduire. La fleur dorée de Laurelin donna le soleil, la fleur argentée de Telperion donna la lune.

 

                                                          

                                            L' histoire.

 

Comment Melkor détruisit les deux arbres et vola les silmarilli, et comment les noldor s'exilèrent en Terre du Milieu et furent maudits par Mandos.i, vint à sa rencontre, et usa de tous ses stratagèmes pour gagner sa confiance. Mais Fëanor, dans son avarice, enferma les silmarilli dans la forteresse de Formenos, en Aman. "Ses paroles étaient allées trop loin et avaient éveillé une flamme plus forte qu'il n' avait espéré" ainsi, Fëanor devina et chassa Melkor e chez lui: "A la porte, corbeau, gibier de Mandos ! " et " il ferma la porte au nez de l'être le plus puissant que portait la surface de la Terre " (Silmarillion)

 

Melkor s'enfuit, et pars rejoindre au Sud celle qui avait peut être été la première créature à être corrompue: l'araignée Ungoliant. Il la convainquit, et ils partirent pour Aman. Quand ils arrivèrent en secret, c'était -et Melkor le savait bien- une période de fête, et alors que les deux Arbres étaient tous deux au maximum de leur lumière pour la journée, Melkor les blessa chacun d'un coup de sa lance, et Ungoliant but la sève. Ensuite, elle injecta le poison qui parcourait son corps et les deux Arbres moururent; n'ayant plus aucune source de lumière, Valinor fut plongée dans les ténèbres.

 

Il est permis aux créatures d'Iluvatar d'accomplir une chose particulière dans leur vie; mais rien qu'une seule fois. Yavanna ne pouvait recréer les deux arbres à moins que.. à moins que Fëanor veuille bien offrir ses silmarilli, qui, eux,  contenaient encore et contiendraient à jamais la lumière des deux arbres: C'était le seul moyen de recréer un Laurelin et un Telperion, et Fëanor, lui non plus, ne pourrait créer les silmarilli une seconde fois s'ils étaient brisés. Devant le conseil des Valar réuni au Cercle du Destin, il refusa, " et si je dois les briser je me briserai le coeur, et j'en mourrai" , n'ayant apparemment pas plus confiance dans les Valar d'Aman que dans Melkor.

 

 Et alors, pendant ce temps, Melkor lui-même était venu à Formenos et avait volé les Silmarilli. Lorsque les messagers vinrent au conseil apporter la nouvelle, pour la première fois en Terre du Milieu on entendit le nom de Morgoth, le Noir Ennemi du Monde, donné par Fëanor qui le maudit, et qui partit du Cercle du Destin pour rentrer à Formenos, car son courageux père, Finwë Roi des Noldor (père de Fëanor et de Fingolfin, qui défia plus tard Melkor en combat singulier), le seul à ne pas avoir fui dans la nuit, était mort là-bas.

 

Melkor trahit Ungoliant qui l'attaqua (de suite) férocement, et les Balrogs venus au secours de leur maître (qui étaient restés dans les sombres cavernes d'Angband, en l'attendant) la forcèrent à se cacher en Beleriand, près d'Ered Gorgoroth (la chaîne de montagnes au dessus de la forêt Doriath). Morgoth se forgea une couronne de fer et il la sertit des silmarilli, proclamant le titre de Roi du Monde.

Je ne peux vous raconter en quelques paragraphes tout ce qui est conté dans le Silmarillion, (car c'est le centre du livre: les guerres entre Melkor et ses forces contre les elfes, et les humains nouveaux-venus) meilleur est le choix de lire le livre.

Je vous dirai seulement ce qu'il en fut de l'exil des Noldor en Terre du Milieu.

Fëanor revint à Tirion, la cité des Noldor, et, furieux, faisant déborder sa rage et sa haine, il enflamma le coeur des Noldor qui l'écoutaient. Il raconta sans le savoir les mensonges que Melkor lui avait dits [pour le tromper et lui faire perdre confiance dans les Valar, ce en quoi il avait réussi; cependant Fëanor n'avait par ailleurs aucune confiance en Melkor, et de toute façon il le haïssait car il avait volé ses joyaux]. Il leur raconta que les Valar les trompait, et avec cela toutes sortes de paroles abominables que Melkor lui avait à moitié soufflé autrefois.

Alors, les Noldor partirent, malgré les réticences de certains. Mais Fingolfin, frère de Fëanor, avait juré avant ces évènements-ci (devant Manwë, chef des dieux ) qu'il suivrait Fëanor. Et celui-ci en appela aussi à un serment terrible, et c'est ce serment qui devait entraîner la ruine de tous: les 7 fils de Fëanor jurèrent de poursuivre toute personne qui détiendrait un silmaril, qu'elle soit bonne ou mauvaise, inconditionnellement. Ces fils étaient Maedhros, Maglor, Celegorm, Curufin, Caranthir, Amrod, et Amras.

Alors, il y eut deux troupes, celle de Fëanor avec ses fils, et celle de Fingolfin, qui était plus nombreuse car Fingolfin était le plus aimé, (et ceux qui partaient pour suivre Fëanor n'étaient par contre pas prompts à le choisir comme roi, et ainsi s'effectua la division).

Finarfin, le frère de Fingolfin, était encore plus réticent à partir, mais il suivit quand même, poussé par ses enfants: car Galadriel et Finrod étaient pour " tenter l'aventure " même si Galadriel ne tint pas le serment. (contrairement à Finrod, et celui-ci devint un de chefs de cette rébellion contre les Valar)

Mais Fëanor s'aperçu bien vite du fait que, s'ils voulaient quitter Aman, il leur faudrait des bateaux, en grand nombre. Or, les noldor n'avaient pas l'art de fabriquer des navires qui tiennent longtemps 'la route'(!). Alors ils vinrent au port d'Alqualondë (port des cygnes, pour alqua= cygne), la cité des Teleri, qui vivaient toujours sur les côtes, étant des éternels amoureux de la mer. Mais, les Teleri refusèrent de leur prêter ou donner des bateaux, même si ce furent autrefois les Noldor qui creusèrent leur port et qui leur rendirent de nobles services à leur arrivée à Aman. Les Teleri ne voulaient pas  s'attirer la colère des Valar, ils ne cédèrent donc pas.

 

Mais pour les Noldor, il n'était pas question de revenir en arrière, et ainsi ce produisit le massacre d'Alqualondë: ils attaquèrent les Teleri, leur volèrent des bateaux, et s'enfuirent. (Fingolfin arriva avec sa troupe pendant la petite "bataille", et comme son peuple se faisait décimer sous le nombre, il prit les armes et lui prêta main-forte). Les Noldor prirent ainsi la mer.  (cliquer sur l'image pour agrandir cette magnifique scène peinte par Ted Nasmith)

Le Vala Mandos leur apparut alors, ( pas vraiment lui, mais une forme d'où il sortait une voix) et il leur conseilla de faire demi-tour. Il fut si convaincant qu'une partie de la flotte des Noldor s'en retourna pour Tirion, mais la majorité continua, et elle fut ainsi englobée dans la Malédiction de Mandos. ( c'est lui qui décide où vont les morts. Alors, même si eux sont des elfes, il leur dit qu'ils passeraient disont... un bon bout de temps dans ses cavernes. ). Ainsi les Noldor furent-ils en exil, car bannis d'Aman par la malédiction de Mandos, et ils arrivèrent en Terre du Milieu. Des siècles passèrent, et l'organisation du Beleriand devait ressembler à ceci: ( Fingon et Turgon sont les fils de Fingolfin, qu'ils poussèrent à suivre Fëanor).

 

                                   Sur la carte:

Turgon vivait dans sa cité de Vinyamar (au pied du mont Taras, l'extrémité ouest de la côté) avant de partir pour diriger Gondolin (cliquez pour voir le tableau), la cité cachée dans la vallée de Tumladen, au nord du royaume de Thingol et de Melian.  (Il est donc en bleu)

Thingol est le Roi sindarin de la forêt de Doriath, marié à la Maia Melian, et ce sont les parents de Lùthien.

Eol est un elfe forgeron qui vit retiré.

Cirdan le charpentier est toujours sur les côtes, comme plus tard en Eregion. ( celui qui dirigera les Havres Gris!)

Finrod construisit la cité de Nargothrond au milieu de son territoire, dans les cavernes des collines, près du fleuve. Morgoth vit à Angband (non visible ici) au nord-ouest. Quant à la soeur de Finrod, Galadriel, elle rencontra Celeborn dans la forêt de Doriath et se maria avec lui. Elle resta aussi car elle aimait beaucoup parler avec Melian.

Les Laiquendi sont les elfes verts, et ils vivent retirés.

Car quand les Noldor sont arrivés en Terre du Milieu, celle-ci n'était pas vide, vous vous en doutez! Il y avait tous les teleri qui avaient décidé finalement de ne pas venir à Aman: les sindar, les nandor, les laiquendi. Et il a surtout fallu bousculer le royaume de Thingol, qui était le plus organisé, et sa forêt était protégée par l'anneau magique de Melian.

                                       Epilogue/ le sort des grands rois des Noldor


Toujours est-il que pendant des siècles et des siècles, Les Noldor firent la guerre à Morgoth.

 (voir article sur la cinquième Bataille, la plus meurtrière: Nirnaeth Arnoediad) Et les chefs des elfes mururent, les uns après les autres; mais le premier d'entre eux fut Fëanor, qui combattait des orcs et qui s'était un peu trop éloigné du reste de l'armée; alors des Balrog vinrent, et ils combattirent. Fëanor fut blessé mortellement, et ainsi mourut le plus grand des enfants d'Ilùvatar.( car il était aussi grand d'esprit comme il était beau physiquement,  et ses dernières paroles furent pour enjoindre à respecter le serment).

[Fingolfin mourût en duel contre Morgoth.

Son fils Fingon tomba par un coup en traître alors qu'il combattait Gothmog, le prince des Balrog, lors de Nirnaeth Arnoediad.

Finrod Felagund fut emprisonné par Sauron (à cette époque, Lieutenant de Melkor), et en sauvant son ami humain Beren il donna sa vie , car celui-ci allait être dévoré par un loup-garou. Fingon détacha lui même ses liens, tua le loup garou de ses mains et de ses dents avant de mourir, car ses blessures étaient empoisonnées.

 Finrod avait donné son anneau à Barahir (le père de beren; car cet humain lui avait autrefois sauvé la vie; et ainsi l'anneau se transmit-il de génération en génération jusqu'à parvenir au doigt d'Aragorn. ( regardez le film les Deux Tours: Langue de Serpent rapporte à Saroumane avoir vu un anneau au doigt d'Aragorn représentant deux serpents...)

Et, le dernier, Turgon. Il fut tué lors du sac de Gondolin .]

Mais, malgré toutes ces guerres et pertes, pas un seul fils de feänor, et pas un seul noldo n'arriva à apercevoir, même de loin, les silmarilli ornant la couronne de Morgoth. (durant la période que je viens de couvrir)

Mais alors, comment réussirent-ils? Le premier exploit à ce sujet fut accompli par Beren et Lùthien, le premier couple Elfe/ humain. Mais le sort des silmarilli sera le sujet du prochain article, rassurez-vous!

Mais vous savez maintenant de quoi parle Galadriel quand elle dit que son peuple est en exil, et qu'elle peut enfin revenir aux Terres Immortelles.(= Aman !). Vous savez pourquoi Gil-Galad est le dernier roi des Noldor en terre du Mileu, alors que ceux -ci sont censé résider à Aman, comme les Vanyar (voir l'article sur les familles/tribus/maisons d'elfes). Et vous connaissez l'existence des silmarilli, les trois plus beaux joyaux qui aient jamais existé sur Arda (Vous savez, Celeborn, celui qui a signé la porte de la Moria, et aussi qui a forgé les 3 anneaux des elfes, Nenya, Vilya, Narya, eh bien c'est un descendant de Fëanor: le talent et les dons seraient-ils héréditaires, selon Tolkien ?)

 

Partager cet article

Repost 0
22 décembre 2005 4 22 /12 /décembre /2005 19:19

 Nirnaeth Arnoediad

Ce nom désigne la cinquième et dernière bataille du Beleriand menée en 475 du Premier Âge par les Elfes contre Morgoth Bauglir. Après de longues préparations, la Ligue constituée par Maedhros et Fingon affronte sur la plaine d'Anfauglith les armées de la forteresse d'Angband, et tend à prendre l'avantage. Mais la puissance des Noldor ne peut finalement rien contre la trahison des Hommes et, au cinquième jour des combats, commence Nirnaeth Arnoediad, c'est-à-dire la bataille des Larmes Innombrables. Les pertes elfes sont immenses, et la victoire de Morgoth sans appel. Les derniers royaumes elfes ne tarderont pas à tomber, rendant la situation précaire en Beleriand jusqu'au secours des Valar.

 

 

ARTICLE EN CONSTRUCTION! 22.05.2010

 

 

Tout l'affrontement se déroula autour de la forteresse d'Angband, les fils de Fëanor d'un côté (est), et de l'autre... le reste: Fingon grand roi des noldor (Ouest; voir Gil-Galad), et des humains tels que Huor ou Hurin, Haldir de Brethil. Durant les combats Turgon vint de Gondolin avec 10 000 Gondolindrim et Maedhors, bien que plus tard, arriva aussi en renfort .Certains épisodes de cette bataille montrent très bien quelle était la malignité de Morgoth. Alors que les affrontements avaient quelques peu cessé d'un côté de la forteresse, Melkor, voulant faire avancer les elfes, rusa. Il posta d'abord une partie de son armée devant eux, à découvert, de sorte que ceux-ci se retenaient difficilement de leur faire sentir leurs épées.Cependant, quelques sages personnes devinaient au moins qu'il ne fallait pas suivre cette voie contre Morgoth, et ddonc ses plans échouèrent. Mais il y avait un deuxième plan, qui marcha, lui... Des parlementaires, du moins ils en avaient le drapeau, vinrent avec un prisonnier, à qui on avait crevé les deux yeux. Et ils clamèrent haut et fort que les elfes avaient grand intérêt à prendre Angband rapidemment, car tous les prisonniers allaient recevoir le même sort que celui qu'ils venaient d'ammener.

Et là, ils lui coupent les jambes, puis les bras, et enfin... la tête.

Peut-être que ce plan aurait pu échouer, mais le frère du malheureux prisonnier se tenait juste là, en face. Son nom était Gwindor de Nargothrond, et il ne put alors se retenir: il sauta vers les orcs suivi par nombre de ses frères d'armes, et l'assaut fut si violent qu'encore une fois les plans de Morgoth faillirent être déjoués. Mais l'essentiel était là: l'armée avait à présent bougé, mais le détachement emmené par Gwindor dans Angband se trouva pris au piège, et tous tombèrent là, sauf Gwindor qui fut pris vivant.

Fingon n'avait pu leur venir en aide, car Morgoth avait choisi ce moment pour sortir sa grande armée d'orcs, et il repoussa Fingon et son armée qui subirent de lourdes pertes.C'est là enfin que commença Nirnaeth Arnoediad: lors de la retraite de Fingon, Haldir de Brethil fut tué à l'arrière garde; et s'ensuivit quantités d'humains de Brethil qui ne revirent plus jamais leurs forêts". La situation était au plus bas, quand alors Turgon arriva en renfort, car il avait empêché son armée d'attaquer trop tôt. Et l'espoir revint quand les elfes virent Fingon, Turgon (son frère)  ainsi que Hurin qui étaient avec eux, combattre côte à côte.

A ce moment, Maedhros arriva aussi, et ils auraient pu remporter la victoire si les Eldar avaient eu toutes leurs armées, car les orcs hésitèrent.

Alors, Angband se vida. Toutes sortes de créatures sortirent de la forteresse maléfique aux multiples cavernes sous l'orde de Morgoth: Balrog, Dragons (dont Glaurung, le père des Dragons), loups, loups montés... (ci-contre, une belle image des premiers instants du fil, mais cette bataille n'a rien avoir, sinon qu'elle oppose les hommes, elfes, nains, contre Sauron, ancien lieutenant de Morgoth).

Alors vint la trahison des Hommes, ceux qui avaient fait allégeance à Morgoth et à qui ils avaient transmis leurs coordonnées géographiques. Ce retournement de situation, où les hommes se battaient contre leurs frères, favorisa beaucoup la victoire de Morgoth qui n'aurait pas eu tant de facilité à gagner sans la fourberie des hommes.Mais ils furent tous cependant exterminés, et ne purent recevoir leur récompense.

Les Dragons infligèrent des dégats énormes aux elfes et aux hommes, qui s'effondraient devant la puissance incomparable de Glaurung.

Il faut préciser que dans cette bataille il y eut des Nains (article).Les Nains de Belegost soutinrent mieux que quiconque les assauts de feu des dragons, et en plus les masques effrayants qu'ils avaient pour coûtume de porter étaient très efficaces, et ils en acquérirent un grand renom. Sans eux, Glaurung et sa progéniture auraient exterminé ce qui restait des Noldor. Malgré tout, leur chef fut piétiné par Glaurung, et bien que celui-ci soit blessé de toutes parts, Azaghâl, chef des Naugrim était mort; il fut emporté par ses soldats, qui s'éloignèrent du champ de bataille en chantant un hymne funeste. Nul n'osa s'interposer.

Puis Fingon mourût. Gothmog, le Grand Capitaine d'Angband s'était avancé vers lui "comme dans dans du beurre, et Fingon se retrouva, ses gardes tous morts autour de lui, seul et nez à nez  avec le Prince des Balrogs, le meutrier de Fëanor, et bientôt, de lui-même. Fingon combattit contre lui, jusqu'à ce qu'un autre Balrog surgisse derrière lui et, destabilisé, et il se fit abattre d'un coup de hache noire (celle de Gothmog). Ils le piétinèrent lui et sa bannière bleu-argent; la bataille était perdue: le Grand Roi des Noldor venait de tomber.

Cependant, Hurin, Huor et Turgon continuaient de guerroyer ensemble, et Hurin conseilla à Turgon de partir, pour que l'espoir perdure " Pars Maintenant, Seigneur, pendant qu'il est encore temps! Tu es le dernier espoir des Eldar, et Morgoth connaîtra la peur tant que vivra Gondolin!"

"Je te le dis, Seigneur, avec les yeux de la mort : nous nous séparons ici pour toujours, et jamais je ne reverai les murailles blanches de Gondolin, mais une étoile nouvelle viendra de toi et de moi. Adieu !"

Alors, Turgon partit pour Gondolin. L'arrière-garde était formée par les Humains de Dor-lomin, et ainsi les Hommes se rachetèrent de la trahison d'Uldor envers Maedhros, car la résistance qu'ils offrirent aux orcs fut très célèbre de par les exploits qu'ils réalisèrent.(même si ceux qui résistèrent n'étaient pas des traîtres, car ceux-là avaient déjà été tous tués. Mais le peuple des hommes garda son honneur sauf)

Finalement, Huor fut tué d'une flèche empoisonnée dans l'oeil. Beaucoup tombèrent autour de lui après celà; et le dernier à combattre fut Hurin, le dernier debout. Il fut pris vivant, après avoir renouvelé nombre de preuves de sa bravoure.

Ainsi prit fin Nirnaeth Arnoediad. Un gigantesque tas de cadavres de tous ceux qui avaient combattu dans cette grande bataille fut amassé par les orcs, si haut qu'on pouvait le voir de loin; et les Elfes l'appelèrent Haudh-en-Ndengin, Le Mont des Morts (et aussi Haudh-en Nirnaeth, la colline des Larmes).

 Cette bataille montre bien la perfidie tactique de Melkor: la trahison des hommes, la rage de sauver les prisonniers;
Après Dagor Bragollach (la 4e bataille), qui brisait le siège des Noldor autour d'Angband, Nirnaeth Arnoediad (la 5e) est une bataille des plus tristes, et la défaite des elfes et humains permet à Morgoth d'étendre son joug sur une bonne partie du Beleriand. A cette époque, il ne restera donc que Gondolin, la pierre cachée, dirigée par Turgon, qui se verra recevoir le fils de Huor,  Tuor.

 

Partager cet article

Repost 0
10 décembre 2005 6 10 /12 /décembre /2005 19:31
             GLOIRE et CHUTE des plus grands hommes.

 


Après la création de l'Anneau Unique, la puissance de Sauron s'affirma de plus en plus en Terre du Milieu. Il envoya ses armées ravager l'Eregion pour récupérer les autres Anneaux de pouvoir. Il en distribua 7 aux nains et neuf aux hommes...


Sa notoriété sifflait aux oreilles du Roi de Nùmenor, Ar-Pharazôn, qu'il haïssait, car il haïssait tous les Dùnedain. (un dùnadan, des dùnedain)

Alors l'avance de Sauron fut stoppée, car le Roi de l'île occidentale, dans son arrogance et son désir de puissance toujours plus grand, prépara une gigantesque armée et s'avança en TdM pour vaincre et soumettre Sauron (3261). Il n'y eu aucune bataille: Sauron sortit de sa tour, Barad-dûr, et se rendit devant la toute-puissance des Dùnedain.

Il fut emmené par eux vers Nùmenor, (3262 S.A. ) et il fut alors stupéfait par sa beauté éblouissante, qui le rendit jaloux, en accroissant tout autant sa haine. Nùmenor en était à son âge d'or.

Le Roi s'était dit qu' emmener Sauron permettrait de mieux le surveiller, et qu'ainsi il serait plus à même d'accomplir divers travaux pour leur intérêt. Dans sa perfidie suprême, Sauron s'était soumis, il était devenu leur allié.

Ce fut pour le Dùnadan une grossière erreur: la malignité de Sauron (c'est une divinité de Second ordre, il ne faut pas l'oublier) lui permit de gagner progressivement la confiance du Roi: il devint rapidement un conseiller spécial, et beaucoup d'hommes se mirent à l'écouter. Ses crimes avaient été oubliés par la plupart, l'assassinat de Celebrimbor, et par là même tombait en décrépitude l'ancienne amitié des Hommes et des Elfes.

Sauron commença à parler des Valar, disant qu'ils avaient créé un Eru virtuel pour asseoir leur pouvoir et mieux gouverner les populations d'Arda. Sauron vanta Melkor, lui faisant voir diverses qualités,  le valorisant aux yeux de ceux qui écoutaient ces discours, et, abreuvés de mensonges en tous genres, ils étaient de plus en plus nombreux.

Par ce fait, le culte des Valar fut de plus en plus abandonné, jusqu'à ce que le culte de Melkor soit proclamé religion d'état!

Seuls les Elendili, qui étaient persécutés depuis sans relâche, gardaient leur fidélité aux elfes et aux Valar. Ils furent tous déportés vers l'est de l'île. Beaucoup partirent de Nùmenor pour rejoindre les Terres du Milieu.

Leur chef, Amandil, père d'Elendil, restait à Nùmenor. Un jour, et la situation avait beaucoup empiré depuis le début, Sauron souffla au Roi un conseil: l'Arbre Blanc devait brûler, car il représentait encore l'attachement des Hommes aux Valar (la pousse de l'arbre avait été offerte par les elfes). La nouvelle arriva aux Elendili qui, comme les Elfes de TdM et d'ailleurs, se lamentaient de la situation. Isildur, le fils d'Elendil, gagna sa renommée par un acte de bravoure qui resta dans les annales: il s'introduit dans le palais et approcha l'Arbre, la nuit, qui était gardé constamment, et il parvint de justesse à se procurer une pousse. Il fut blessé, mais quand il revint chez lui, son acte fut acclamé. A peine fut-il remis de ses blessures que Sauron venait de commencer de brûler l'Arbre, et celui-ci se consuma lentement, pendant plusieurs jours, une puanteur sortant de sa combustion; enfin, la fumée s'éloigna vers l'ouest, (Le royaume de Valinor, chez les Valar), puis disparut enfin; l'arbre de Nùmenor était mort.

Mais Sauron n'avait pas fait oublier la mort aux hommes: leur vie était toujours plus courte, et ils cherchaient désespérément des moyens pour l'éviter. Ils mirent leurs plus grands savants sur le coup, mais rien n'y changea quoi que ce soit: ceux-ci ne trouvèrent que le moyen de préserver intacte la chair après le décès.

Grâce à Sauron et à ses efforts perpétuels en faveur du mal, l'ambiance devint telle que les Hommes étaient en colère, en haine totale envers les elfes qu'ils enviaient par dessus tout pour leur immortalité, d'autant plus qu'on leur avait toujours dit que la mort était à percevoir comme un "don" que les elfes n'avaient pas; le Roi lui-même atteignait un âge avancé et la mort plannait au dessus de lui. Alors ils firent la plus grande bêtise depuis que l'île a été créée, après la bêtise d'avoir accepté Sauron: sur ses conseils, ils préparèrent une gigantesque armée (3310 S.A.) ;  et des milliers et des milliers de bateaux, d'armes furent faits. Ils allaient guerroyer contre Valinor, la cité des dieux.

Quand ils partirent, la mer fut remplie de voiles jusqu'à n'en plus voir l'eau; et Manwë était attristé de voir la situation s'aggraver à ce point.

Les Hommes arrivèrent enfin, après un long voyage vers l'Ouest, sur les rives du pays d'Aman, que tous les elfes avaient fuies en voyant avancer l'armée menaçante.

"Au dernier moment, Ar-Pharazôn hésita et faillit faire demi-tour en voyant les plages muettes et le Taniquetil, qui brillait plus blanc que la neige, plus froid que la mort, silencieux, inébranlable, terrible comme l'ombre de la lumière d'Ilùvatar."

 Le destin du monde aurait considérablement changé s'il avait choisi une autre décision. Les Dùnedain posèrent pied à terre, et campèrent armés sur la terre bénie, le Roi en premier en proclamant que si personne ne venait combattre contre eux, cette terre leur reviendrait et qu'ils l'auraient conquise. Ils pensaient que s'emparer de Valinor, pays où toutes choses durent éternellement, les rendrait immortels eux-aussi; hélas ce n'est pas le cas, et Manwë, ainsi que tous les dieux, se désola et confia alors les rênes du monde à Eru, l'Unique...

Celui-ci ouvrit un gigantesque trou béant dans l'Océan, entre Nùmenor et Aman; toute la flotte des Dùnedain fut engloutie et sombra dans les profondeurs du monde pour l'éternité. Ceux qui étaient sur la côte furent écrasés par les montagnes tombant sur eux: voilà ce qu'il advint de l'expédition!

Or, Nùmenor aussi fut détruite et submergée par les flots; et toute la population, avec l'île, sombra dans la faille qu'avait créé Eru. (3319 S.A.)

Voici un tableau dépeignant la destruction de Nùmenor;  et un autre montrant les vaisseaux aux voiles rouges sont ceux des fidèles quittant l'île. Isildur, Anarion et leur père Elendil commandaient ces bateaux. Les Fidèles s'installèrent Terre du Milieu: Isildur et Anàrion fondèrent alors la nation du Gondor (pays de la pierre) et les cités d'Osgiliath, Minas Tirith, furent parmi les plus belles que les Terres du Milieu aient jamais connues; Elendil s'établit dans le Nord des TdM et créa l'Arnor. Ils apportèrent la pousse de l'arbre blanc qu'Isildur avait sauvée et elle prospéra à Minas Ithil pendant un temps; Les Palantiri que les Fidèles avaient reçues des Eldar, il se les partagèrent: Deux pour Anàrion, deux pour Isildur, et trois pour Elendil. Quatre pierres en Gondor et trois en Arnor.


Sauron se trouvait aussi sur l'île lors de sa submersion. son corps fut perdu, mais son esprit s'envola se réfugier loin à l'est pendant que l'eau ravageait l'île.

Après la chute de l'île on la nomma Akallabêth, l'engloutie, ou Atalantë dont la signification est équivalente. Si vous n'étiez pas encore très sûr(e!) de vous, c'est bien le mythe de l'Atlantide réécrit par Tolkien!

 

Partager cet article

Repost 0
10 décembre 2005 6 10 /12 /décembre /2005 18:13

 

Un anneau pour gouverner tous les autres...

En l'année 1200 du Second Age, Sauron L'Imposteur fit fabriquer ses anneaux.

Je dis les " fit fabriquer " car tous les anneaux, sauf l'unique, ont été forgés par les forgerons elfes d'Eregion.

Comment les dupa t-il? Il prit l'apparence d'un seigneur elfe, Annatar, leur prodigua des conseils et leur inculqua une partie de son savoir (qui était grand, car c'est un maia).

3 siècles plus tard, (1500 S.A.) et grâce aux conseils de Sauron,  les forgerons elfes deviennent maîtres de leur art. Ils commencent à façonner les anneaux de pouvoir, au nombre de 16.

 

Vers 1590 S.A., les trois anneaux les plus puissants, nenya, vilya, et narya, sont terminés (en Eregion, toujours).

 

Mais c'est à cette époque (~ 1600  ) que Sauron avait forgé en Mordor l'anneau de puissance...et quand il mit à son doigt l' anneau unique, les elfes entendirent les paroles de Sauron (un anneau pour les gouverner tous, etc.). Celebrimbor, descendant de Fëanor, créateur des trois anneaux, (sans doute le plus grand forgeron du deuxième âge), comprit son objectif.

C'est ainsi que, un siècle plus tard, la guerre fut déclarée entre les elfes et Sauron. Il avançait désormais à visage découvert, ses desseins au grand jour. Les Trois anneaux sont donnés à Cirdan, Gil-Galad, et à Galadriel. Sauron envahit l'Eregion avec ses armées, et assassine Celebrimbor. Les portes de la moria se ferment, l'Eregion est dévasté. Quelques années plus tard, Sauron sera bouté hors d'eriador, mais il avait quand même pris 13 anneaux. 

L'anneau de feu (Narya) confié à Cirdan, aux Havres Gris,  sera transmis par celui-ci à Gandalf lors de son arrivée en Terre du Milieu.

Celui de l'air (Vilya), Gil-Galad le donnera à Elrond.

Quant à Galadriel, elle garda pour elle l'anneau de l'eau, Nenya.

Sauron, en créant l'Anneau Unique, se lia aussi avec les autres anneaux, et c'est pourquoi les hommes qui avaient reçu ses neuf anneaux tombèrent dans l'ombre. Et il est dit que, parmis ces neuf hommes, trois étaient de grands seigneurs de Nùmenor, car les nùmenoréens avaient colonisé les contrées du littoral à partir du XIXe siècle.  Les nazgul, spectres de l'anneau, apparurent dans les années 2250, (second age, encore, toujours). Nazg signifie anneau, et gul magie. Le terme spectre n'est qu'une simplification, bien tombée.

 

Un millénaire plus tard, Nùmenor n'existait plus (3319). L'ultime alliance d'Elendil et de Gil-Galad, celle que l'on voit en prologue du premier film, se créera en 3430.

Les Nains, quant à eux, ne subirent pas l'inflence de Sauron car les 7 anneaux qui leurs avaient été distribués n'avaient fait qu'accentuer leur désir de richesses. Ces sept anneaux furent, soit détruits (par le feu d'un dragon par exemple) soit rapportés à Sauron.

Il est dit que toutes les oeuvres de Sauron sont détruites entièrement après sa mort définitive. Mais qu'en est-il des anneaux des elfes? Il ne les a jamais touchés, jamais il ne les a utilisés pour lui...
Pourtant, après sa mort, tous les anneaux, y compris ceux des elfes (narya, vilya et nenya), perdent leur pouvoir.

 

Partager cet article

Repost 0
28 novembre 2005 1 28 /11 /novembre /2005 19:51

 

                                          Akallabêth


I. Croissance et splendeur des hommes de Nùmenor

Les Hommes qui avaient participé à la Guerre de la Colère contre Morgoth furent récompensés par les Valar. Il leur fut donné une île, à l'ouest des Terres du Milieu récemment délestées du Beleriand, dont la forme adoptait le dessin d'une étoile à cinq branches.

La défaite de Melkor marqua le début du Second Age, et les hommes ou Edain débarquèrent sur l'île en 32 S.A.

L'île fut arrachée des fonds marins par Ossë (maia d'Ulmo), et Aulë la forgea en forme d'étoile à cinq branches alors que Yavanna et les Eldar y apportaient  une faune diversifiée.

Eonwë, héraut de Manwë, octraya aux premiers Nùménoréens une durée de vie plusieurs fois plus longue que celle accordée aux autres hommes.


Celui qui gouvernait les Hommes de cette île à cette époque était Elros frère de l'elfe Elrond, les fils d'Eärendil et d'Elwing. Etant le premier de sa nouvelle génération, celle des Nùménoréens, son existence s'étendit jusqu'à cinq siècles.

Durant le Deuxième Age, les Hommes de Nùmenor prospérèrent dans tous les domaines.
Les Elfes du pays d'Aman (le continent des Valar) venaient les voir régulièrement et il existait une amitié sincère entre ces Hommes et les Elfes. Tous les Princes portaient des noms en Eldarin en plus des leurs. C'est par cette amitié que les Hommes reçurent en cadeau une "pousse" de l'arbre blanc de Tol-Eressëa, lui même ancienne pousse de Telperion, un des deux arbres que Yavanna avait jadis fait pousser dans les jardins de Valinor.

Les Dùnedain (de "Dùn", ouest et de "edain", hommes, donc un Dùnadan, des Dùnedain) devinrent des marins comme le monde n'en connaîtra jamais. " Voyager au grand large des océans était l'exploit et l'aventure préférée des hommes ".

Cependant, l'accès aux mers qui approchaient Aman leur était interdit. Les Hommes respectèrent longtemps cette interdiction sans pourtant bien comprendre, mais Manwë voulait éviter que les Hommes tombent amoureux et jaloux de ce pays où tout dure éternellement. A cette époque ils étaient encore très bons avec les elfes, et lorsqu'ils sentaient leur fin proche, ils s'étendaient noblement pour un sommeil dont ils choisissaient l'instant.

Puisque les Dùnedain ne pouvaient voyager vers l'ouest, ils s'intéressèrent de plus près à la Terre du Milieu, allant quelques fois même jusqu'à l'intérieur des terres. Personne ne résistait à ces puissants hommes beaux et majesteux, et l'ombre avait autrefois rendus faibles et craintifs les hommes de ces contrées. C'était des Hommes qui avaient refusé l'offre des Valar, ou qui avaient été vaincus par eux (à la dernière bataille contre le maléfique Morgoth).

 Les Nùmenoréens ne leur asservirent pas, ils apprirent aux hommes faibles à ordonner leur vie en leur apprenant mettons, la culture de la vigne, le blé. Et leur mode de vie s'améliora à quelques endroits de part et d'autres de côtes de la Terre du Milieu. Mais les Dùnedain ne construisirent encore rien. " Ils devaient naviguer vers l'est, mais leur coeur voguait vers l'ouest ".

Evidemment, petit à petit, les Nùmenoréens eurent de plus en plus envie de ces lointaines contrées occidentales qui leurs étaient interdites, et que seuls quelques-uns à la vue très perçante pouvaient apercevoir, au plus près de la limite, ou du haut du Menelterma au centre de Nùmenor. Leur vie leur semblait de plus en plus amère, comparée à la quasi-éternelle existence des Quendi qui ne l'avaient pas mérité plus qu'eux.

Les Dùnedain commencèrent à discuter entre eux du sort qui leur était reservé, en le trouvant trop injuste, à prendre peur de la mort.

Les Eldar et les Valar commencèrent, eux, à s'inquièter de la situation. Des messagers furent envoyés aux Hommes. Leur message, proche en tous points d'une demande de remise en droit chemin, ne convint pas au Roi Tar-Atanamir ainsi qu'à la majorité de ses sujets. En ce temps là, le Roi aimait la richesse, et soumettait les peuples de la Terre du Milieu à un tribut. "Après avoir donné, il prenaient" ! La lignée des Rois s'ensuivit dans le même esprit, ainsi qu'une grande partie du peuple, ceux qu'on appelait Hommes du Roi et qui s'étaient éloignés des Eldar. Les autres, les Elendili (littéralement, "amis des elfes"), s'étaient donné le nom de Fidèles. Mais eux aussi s'inquiétaient à l'idée de mort. Néanmoins, "si les rois n'aimaient plus les Valar, ils continuaient de les craindre."

L'idée de la mort leur était devenue insupportable... Le pays de Nùmenor fut, à l'image de la préoccupation première de ses habitants, recouvert "de tombes silencieuses".. . C'est donc vers cette époque que les Hommes délaissèrent le culte aux Valar ainsi que les offrandes à Ilùvatar/ Eru, et cela ne se passa qu'après qu'ait été fini le règne de Tar-Ancalimon.

Ils entreprirent de coloniser cette fois-ci une bonne partie des terres à l'est. (Terres du Milieu). Ils creusèrent, construisirent. Ils n'étaient plus des professeurs, mais ils étaient devenus des seigneurs, qui levaient le tribut. Les Elendili, amis des elfes, participèrent peu à cela. Ils vinrent plutôt rendre visite à Gil-Galad et aux elfes, qu'ils aidèrent contre Sauron.

Partager cet article

Repost 0