Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Tol Eressëa
  • Tol Eressëa
  • : Tol Eressëa
  • Contact

Bienvenue!

 

Aiya Ilquen !  (Bonjour à tous!)
Ce site représente ma passion pour l'univers de Tolkien.


A l'heure actuelle, j'entreprends de réécrire tous les articles publiés depuis 2005 en articles beaucoup plus complets et riches, et j'envisage de monter une encyclopédie. C'est la raison pour laquelle vous verrez peut-être certains articles encore en élaboration. Tous vos encouragements sont les bienvenus.

 

Je suis toujours ouvert aux questions, qu'elles soient précises ou non. N'hésitez pas à m'envoyer un mail à tol-eressea@live.fr


 

 

 

 

 

 

 

Peinture

J'essaie d'utiliser en priorité des tableaux. Ils sont surtout de Ted Nasmith, de John Howe ou bien d' Alan Lee.(Le signaler pendant le texte le rendrait encore plus lourd à lire, alors je le fais ici). Parfois les tableaux sont trop volumineux pour rentrer, alors j'utilise des images du film, ce qui rend le texte peut-être plus compréhensible. La plupart des images sont présentes sur internet en format réel, et je peux en envoyer sans problème si vous me le demandez, mais vous les trouverez sur les sites respectifs des auteurs:

www.tednasmith.com

www.john-howe.com

(Pour Alan Lee, vous pouvez en trouver à partir de cette page... http://fan.theonering.net/ )

 

Utùlie'n aurë! Auta i lomë!

" Utùlie'n aurë! Aiya Eldalië ar Atanatàri, utùlie'n aurë!
The day has come! Behold, people of the Eldar and Fathers of Men, the day has come!"
And all those who heard his great voice echo in the hills answered crying: 'Auta i lomë! The night is passing!

The Silmarillion, XX. Of Nirnaeth Arnoediad

 
Histoire                      Peuples                 Langues                Dieux             Terres

Derniers Articles

13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 22:35

Les palantiri sont les pierres de vision lointaine. Au nombre de huit, elles  servaient à observer des lieux éloignés ou à s'entretenir d'une pierre à l'autre. Leur origine est antique, mais elles sont connues des hommes depuis le Deuxième Âge, lorsqu'elles furent offertes par les Eldar d'Aman aux Elendili de Nùmenor. Amenées en Terre du Milieu lors de la submersion de l'île, elles furent réparties dans les places-fortes des Royaumes en Exil d'Arnor et Gondor. Dans le Seigneur des Anneaux, on les connait pour être les instruments de Denethor II de Gondor, Saroumane, et Sauron, luttant, servant ou commandant par l'intermédiaire des Pierres.


lotri6-1.jpgNoms:  une palantir (nom Quenya; pluriel palantiri. Palan "partout"; Tir-, "regarder, surveiller"); Pierre de vision lointaine ("Seeing-stone, far-seer"); Clairvoyante; Pierre (ainsi que: Pierre-Orthanc; Pierre-Ithil pour la palantir de Minas Ithil passée à Sauron; Pierre-Anor pour la palantir de  Mina s Tirith, Pierre-Elendil, pour la palantir d'Elostirion).

Emplacements:  Voir tableau ci-dessous.

Distinctions: quatre Pierres Mineures: à Minas Anor, Minas Ithil, Orthanc, Annùminas; deux Pierres Majeures: Osgiliath, Amon Sûl; une pierre à Emyn Beraid dirigée exclusivement vers l'ouest; une Pierre-Maîtresse qui n'a jamais quitté l'ouest, à Tol Eressëa.

Créateur: Fëanor, durant l'Âge des Arbres, avant la création des Silmarilli.

 


 

 

Palantiri (découpe arbitraire) Emplacement Pouvoirs Changements intervenus au cours du Troisième Âge
1 Tour d'Avallonë (Tol Eressëa) Pierre Maîtresse.

 

Aucun changement connu

2 Elostirion (Arnor)

Pierre spéciale. Fixe l'Occident. Correspondance impossible avec les autres pierres.

 

Ramenée par Cirdan en Aman lors du départ des Havres Gris en 3021.

3 Annùminas (Arnor)

Pierre Mineure.

 

Déplacée à Fornost, puis perdue dans Forochel en 1975.

4 Amon Sûl (Arnor) Pierre Majeure.

 

Déplacée à Fornost en 1409, puis perdue dans  Forochel en 1975.

5 Orthanc (Gondor) Pierre Mineure.

Tour fermée sous les Surintendants1 jusqu'à Saroumane en 2759.

Pierre utilisée par Saroumane à partir de 3000 environ.

Ramenée à Minas Tirith par Aragorn en 3019 2

6 Minas Ithil (Gondor) Pierre Mineure.

Prise en 2002 par les Nazgul, conservée à Minas Morgul.

Apportée à Sauron à son retour au Mordor (2942-2951).

Détruite lors de la chute de Barad-dûr en 3019.

7 Minas Anor/Tirith (Gondor) Pierre Mineure.

 

Vision fixée sur les mains de Dénéthor.

"Inutilisable"3.

8 Osgiliath (Gondor) Pierre Majeure.

  Perdue dans l'Anduin lors de la Guerre Fratricide de 1437.

 

 

1Contes et Légendes Inachevés, Le Troisième Âge, V, Appendice B. "Les clefs d'Orthanc furent soigneusement remisées à Minas Tirith".

2Le Retour du Roi, Livre VI, chapitre 6. " La palantir d'Orthanc, le Roi la gardera".

3 ibidem. " Il n'en reste plus qu'une d'utilisable, répondit Aragorn".


 ~plan de de l'article~

 

I. Histoire des Palantiri

1) Un héritage ancestral

2) Placement originel des Palantiri en Terre du Milieu au début du Tiers Âge

3) Enjeux de conflits et déplacement de palantiri à la fin du Tiers Âge


II. Qu'est-ce qu'une palantir?

1) Aspect

2) Pouvoirs 

 3) Un objet caché du public?

4) Des utilisateurs légitimes

 



I. Histoire des Palantiri


1) Un héritage ancestral

 

Quand Gandalf explique à Pippin l'origine des palantiri, il commence par lui apprendre qu'elles "venaient (...) d'Eldamar. Les Noldor les fabriquèrent. Il se peut que Fëanor lui même les ait conçues, en des jours si lointains que le temps ne peut être mesuré en années"1. Le magicien ne se trompait pas:  Fëanor, le plus doué des elfes, qui avait créé de nombreux joyaux dont les Silmarilli, "fit d'autres cristaux, dans lesquels on pouvait apercevoir, petites mais nettes, des choses lointaines, comme avec les yeux des Aigles de Manwë"2. Les Palantiri furent donc créées au temps des Deux Arbres de Valinor, mais avant que Fëanor n'atteigne "sa pleine maturité"et donc avant les Silmarilli. Ce fut d'ailleurs "le moindre de ses travaux". On peut par ailleurs faire un lien entre le nombre des palantiri (8) et le fait que Fëanor ait eu sept fils avec lesquels il aurait pu vouloir rester en contact. Ce n'est néanmoins que supposition.

 

Avec l'exil des Noldor et de Fëanor, les palantiri restèrent en Aman tout le Premier Âge et une grande partie du Second, jusqu'à ce qu'elles fussent offertes par les Eldar à Amandil, le père d'Elendil, à l'époque où Nùmenor sombrait dans la folie et le mépris de Valinor. On peut déduire que les palantiri arrivèrent à Nùmenor entre 3262 et 3319, c'est-à-dire entre le moment de l'emprisonnement de Sauron et la submersion de l'île.  On ne sait pas beaucoup de la période nùménoréenne des Pierres, sinon qu'étant un don à la Maison d'Amandil, Elendil avait toute légitimité à les emporter. La fuite des ElendiliElles étaient destinées au "confort des Fidèles Nùmenoréens"3 en leur facilitant la vie face aux serviteurs de  Sauron, le maître véritable de Nùmenor. La Pierre-Maîtresse, la plus puissante de toutes, les Eldar la conservèrent en  une tour à Avallonë, sur Tol Eressëa, peut-être moins pour rester en contact avec les Nùmenoréens qu e po ur pouvoir continuer à surveiller de loin le reste du monde. En conséquence, tout ce qui  se rappo rte à cette Pierre ne peut qu'être déduit.

 

Lors de la submersion de l'île qui vint punir l'arrogance de Nùmenor, seuls purent s'échapper ceux qui étaient restés fidèles aux Valar et à Eru. Elendil, qui après le départ de son père pour Aman était devenu le chef des Fidèles, débarqua au port du Lindon en Eriador en ayant pris avec lui trois palantiri. Les quatre autres avaient été emmenées par ses fils Isildur et Anarion, dont les vaisseaux les menèrent bien au-delà des bouches de l'Anduin. Cette histoire des sept pierres est rapportée dans un poème, très connu au Gondor4:

 

Tall ships and tall Kings

  Three times three

What brought they from the foundered Land

       Over the flowing sea?

Seven stars and seven stones

      And one white Tree.

 

  De grands vaisseaux et de grands rois

Trois fois trois

Qu'ont-ils apporté de la Terre effondrée

          Sur le flot de la mer?

Sept étoiles et sept pierres

      Et un Arbre blanc. 


NB: Trois fois trois fait référence aux neuf vaisseaux qui s'échappèrent de Nùmenor avant sa submersion, pour les trois futurs rois: Elendil (quatre), Isildur (trois), et Anarion (deux vaisseaux).


2) Placement originel des palantiri en Terre du Milieu au début du Tiers-Âge

 

 Après la défaite de Sauron et la victoire de l'Ultime Alliance à la fin du Second Âge, les royaumes d'Arnor et de Gondor, tout récemment constitués et délimités, détenaient les palantiri dans des places fortes attribuées, qui ne changèrent pas.

En Arnor, une palantir se trouvait à Annùminas, la Tour de l'Ouest, et une à Amon Sûl, la fière tour de garde du haut de laquelle Elendil avait vu arriver la grande armée des Elfes de Gil-Galad peu avant le départ pour Emyn Beraidle Mordor. La question de savoir pourquoi furent choisis ces deux emplacements plutôt que Fornost n'a pas de réponse unique. On peut supposer qu'Annùminas devait recevoir une palantir puisqu'elle était la capitale de l'Arnor; concernant Fornost et Amon Sûl, la Tour de Garde était plus éloignée d'Annùminas que Fornost, d'où une plus grande nécessité de devoir joindre Amon Sûl et surtout, pour Amon Sûl, de pouvoir avertir Annùminas. Par ailleurs, rien n'indique que Fornost existât au début du Troisième Âge. La véritable question serait de savoir pourquoi Amon Sûl a hérité d'une palantir plus puissante qu'Annùminas, ce qui pourrait être expliqué par le fait que la fonction de tour de garde d'Amon Sûl la prédisposait à ce genre de prérogative, ou que le Roi ait été plus souvent à Amon Sûl qu'à Annùminas, étant l'utilisateur légitime de la Pierre; rien ne permet de valider une thèse plutôt qu'une autre. Quoi qu'il en soit, Elendil plaça la troisième pierre à Elostirion, la plus haute des tours d'Emyn Beraid (les Collines aux Tours), non pour un usage politique ou militaire, mais pour tenter d'apercevoir par-delà la Grande Mer les rivages de Tol Eressëa, ce qui était impossible, car Eru avait séparé Aman et Eressëa du reste d'Arda.

Au Gondor, contrairement à l'Arnor, la pierre majeure fut placée dans la capitale Osgiliath, sous le Dôme des Etoiles. Les deux rois Isildur et Anarion commandaient à deux le nouveau royaume, comme le montre le fait qu'il y avait un trône pour chacun à Osgiliath. D'ailleurs, si chacun possédait une cité-forteresse -Anarion Minas Anor, et Isildur Minas Ithil - Osgiliath était le symbole de leur union. En conséquence, il est tout à fait vraisemblable qu'ils aient décidé d'y installer la palantir majeure plutôt que l'un des deux la garde pour lui. Minas Anor et Minas Ithil reçurent chacune une Palantir (qu'on nomma respectivement Pierre-Anor et Pierre-Ithil, ou même Pierre d'Isildur pour cette dernière). Quand Orthanc fut aménagée au Troisième Âge dans le cercle d'Isengard, la tour reçut aussi une palantir. Il est impossible de savoir où était cette dernière palantir avant qu'elle ne soit confiée à Orthanc, ou alors il s'agirait de prouver qu'Orthanc fut bâtie en même temps que les autres forteresses.


3) Enjeux de conflits et déplacements des palantiri à la fin du Tiers Âge


Au cours du Troisième Âge et plus particulièrement à partir du XVe siècle, des changements majeurs intervinrent dans l'agencement de ces pierres.

En Arnor, dès 1409, Amon Sûl fut détruite par le Roi Sorcier, et sa palantir transférée à Fornost. La palantir Les Palantiri au Troisième Âged'Annùminas fut également transférée à Fornost et en 1974, lorsque le Roi Sorcier prit Fornost et mit fin au royaume du Nord, le dernier roi de l'Arnor Arvedin prit la fuite dans le nord avec les deux palantiri d'Annùminas et d'Amon Sûl. Le bateau de Cirdan venu secourir Arvedin dans la baie de Forochel coula avec le roi et les palantiri, les perdant à jamais, en 1975. Il ne restait donc en Arnor que la Pierre-Elendil, fixée sur la vision de la Grande Mer et Tol Eressëa. Elle resta à Elostirion jusqu'à la fin du Troisième Âge, jusqu'au départ de Cirdan, Gandalf, Galadriel et Elrond le 21 septembre 3021. C'était les elfes de Cirdan qui avaient en leur garde la palantir, et leur départ signifiait que la palantir partiraient avec eux.

En Gondor, la situation est aussi intéressante:

En 1437 du Troisième Âge, la guerre civile au Gondor entraîne l'incendie d'Osgiliath, la destruction du Dôme des Etoiles et la perte du Palantir dans l'Anduin. La Pierre-Ithil fut en possession des serviteurs de Sauron lors de la prise de Minas Ithil en 2002, mais Sauron ne put en faire l'usage qu'à son retour en Mordor (2942 T.A.) quand il fit reconstruire Barad-dûr (2951), donc la palantir fut conservée par les Spectres de l'Anneau dans la haute Tour blanche de Minas Ithil jusqu'à cette époque.

A la fin du Troisième Âge, le Gondor possédait toujours la Pierre-Anor, mais celle-ci ne permettait pas de voir autre chose que "deux mains de vieillard se desséchant dans la flamme"5, c'est-à-dire celles de Dénéthor II. C'est pourquoi, après la chute de Sauron le 25 mars 3019, Aragorn prit possession de l'Isengard ainsi que de la Pierre-Orthanc dont Saroumane avait fait usage, puisqu'il était installé à Isengard depuis 2759 (néanmoins il n'avait pas osé utiliser la palantir dès le début). Aragorn dit à propos des palantiri "qu'il n'en rest[ait] plus qu'une d'utilisable [la Pierre-Orthanc] (...). Celle-ci, le Roi la gardera". 


 

II. Qu'est-ce qu'une palantir?

 

1) Forme

 

Toutes les palantiri présentent la même apparence de boule de cristal, ou de "globe de cristal lisse"6 car "elles étaient parfaitement sphériques", "parfaitement lisses" et "semblaient avoir été façonnées dans un seul bloc de verre ou de cristal". Elles étaient "d'un noir opaque" et "n'étaient marquées d'aucun signe extérieur"7

Les palantiri étaient probablement "très lourdes"8, et Pippin dit "C'était si lourd!", mais le Hobbit arriva quand même à "soulever lentement la masse", qui d'ailleurs "ne lui parut pas tout à fait aussi lourde qu'il s'y attendait"9.

Leur taille varie: "les plus petites avaient environ un pied de diamètre" (un pied = 30 centimètres) mais les pierres majeures comme celles d'Amon Sûl ou Osgiliath étaient probablement beaucoup plus grosses; a fortiori celle d'Avallonë.

Elles étaient extrêmement solides, "et si par accident ou vilénie, elles étaient déplacées ou bousculées, elles ne subissaient point de dommage. Et de fait, aucune violence dont était capable l'homme de l'époque ne les pouvait briser", à l'image d'autres oeuvres indestructibles forgées par des maîtres forgerons, comme Sauron et l'Anneau Unique (n'oublions pas que les palantiri furent forgées par Fëanor).

Enfin, "initialement elles étaient posées sur un socle accordé à leurs dimensions, et aux usages prévus: une table basse en marbre noir, de forme circulaire, où l'on pouvait au besoin les faire pivoter à la main". "Elles étaient logées dans [ce] site originel de manière à se tenir droite".


2) Pouvoirs et utilisation


Elles comportaient deux pôles, inférieur et supérieur, invisibles mais permanents, situés de part et d'autre du diamètre du globe. Les pôles devaient être orientés de manière à ce que le pôle inférieur pointe vers le sol. Ainsi seulement la palantir pouvait accueillir les visions.Saroumane et la palantir

Pour ce faire, l'observateur devait se situer par rapport à ce qu'il voulait observer: celui "qui désirait voir l'Ouest s'installait du côté Est de la Pierre, et s'il désirait transférer sa vision vers le Nord, il lui fallait se déplacer vers sa gauche, en direction du Sud" 10  

Concernant la lumière émise par la pal antir lorsqu'elle est utilisée, il s'agit d'une sorte de flamme v acillante qui éclaire le visage de l'observateur: "(...) et voilà qu'il avait entre les mains une palantir. Et comm  e il l'élevait, le globe parut aux assistants commencer à luire d'une flamme intérieure,[inner flame] de sorte que le visage émacié du seigneur était éclairé comme d'un feux rouge". On notera que la lumière qu'émettait la palantir était suffisamment forte pour être vue de loin. Ainsi "nombre d'entre nous virent une étrange lumière dans la chambre haute, dit Beregond". Jusqu'au point peut-être d'être vue depuis toute la cité, puisque "on a longtemps murmuré dans la Cité [Minas Tirith] que le Seigneur luttait parfois en pensée avec son Ennemi"11


a) Pierres Mineures et Pierres Majeures


Il semble que les pierres mineures, comme celles de Minas Anor, Ithil, Orthanc et Annùminas, avaient "une orientation fixe, de telle sorte que leur face ouest (par exemple) était tournée vers l'Ouest, et [que] manoeuvrée dans une autre direction, [elle] ne reflétait plus rien". On en a l'exemple avec Pippin, qui réussit  à voir dans la Pierre-Orthanc, parce qu'il est du côté Ouest et regarde vers l'Est, en plus d'avoir par chance installé correctement la palantir. A l'inverse, on remarque que Dénéthor II a pu entrer en contact avec Orthanc et aussi sonder le Mordor depuis la Pierre Anor (qui est une pierre mineure). La Pierre Anor devait originellement tournée vers Osgiliath, aussi ne pouvait-elle pas, théoriquement, fonctionner avec la Pierre Orthanc, si l'on suit la citation ci-dessus. S'il faut faire la part des choses expliquées dans les Contes et Légendes Inachevés, peut-être doit-on déduire qu'un utilisateur doté d'une grande force de volonté (comme c'était le cas pour Dénéthor) et d'une légitimité dans l'utilisation de la Pierre (comme c'était également le cas) pouvait malgré tout forcer les limites de celle-ci. Par ailleurs, une note de Tolkien lui-même contredit cette version en disant que les palantiri n'étaient "ni polarisées ni orientées" 12, ce qui dans ce cas, remet en question aussi la "chance" de Peregrïn Touque. Par contre, on peut exclure que la Pierre-Anor était été une pierre majeure, on qu'encore on ait interverti celles d'Osgiliath et de Minas Anor, afin de doter Minas Anor de la plus puissante (et qu'en fin de compte on aurait perdu la palantir mineure). En effet, la perte de la palantir majeure date de 1437 tandis que la Maison du Roi fut déplacée d'Osgiliath à Minas Anor en 1640.  Enfin, la dernière caractéristique des pierres mineures est leur portée limitée à 500 milles ("soit la distance qui séparait la Pierre-Orthanc de la Pierre-Anor").

A l'inverse, "les pierres majeures n'avaient pas de telles contraintes: on pouvait les faire pivoter, elles n'en voyaient pas moins dans toutes les directions". Elles avaient, en outre, une plus grande portée de vision que les mineures. Surtout, seules les pierres majeures pouvaient "écouter aux portes" lorsque deux autres Pierres étaient en contact. Il semble qu'aucune force de volonté n'ait pu parvenir à augmenter la portée de la Pierre ni à pouvoir écouter aux portes: en effet, "Sauron, quant à lui, ne pouvait s'entremettre dans ces entretiens [de Dénéthor et Saroumane]", une troisième Pierre Mineure trouvant les deux premières "muettes" lorsqu'elles étaient en contact.


b) Les visions du passé. Les visions des lieux. Les entretiens.


"Or ces Pierres avaient pour vertu qu'on pouvait y voir des choses très éloignées, que ce fût dans le temps ou dans l'espace"

Silm., Les Anneaux de Pouvoir...


Les Palantiri pouvaient voir "en un passé lointain", qui était le passé  vécu par la Pierre. Il s'agissait apparemment d'un phénomène qui n'était pas maîtrisé ("les scènes se présentant sans aucune explication"), en tout cas pas à l'époque de la décadence du Gondor. Une note indique  cependant que l'on  pouvait se "projeter" dans le passé, donc que le phénomène a pu êytre volontaire. Par ailleurs, la vision du passé était plus nette à mesure que l'on remontait dans le passé" mais pour éviter que les pierres ne se surchargent de souvenirs, on les couvrait, ou les gardait dans l'obscurité, d'un coffre noir par exemple pour les "mettre en sommeil". Car "elles conservaient les images reçues, de sorte que chacune d'entre elles contenait en elle-même une profusion d'images et de scènes, remontant parfois au passé immémorial". Gandalf dit d'ailleurs  "Mon coeur désire (...) regarder au-delà des vastes océans d'eau et de temps vers Tirion la Belle, et voir à l'oeuvre la main et la pensée inconcevables de Fëanor, alors que l'Arbre Blanc et l'Arbre d'Or étaient tous deux en fleur!" 13 .

 

Mais principalement, les palantiri servaient "à voir à grande distance et à s'entretenir en pensée avec les autres". En ce qui concerne la vision des lieux, les palantiri pouvaient traverser tous les obstacles matériels, une chaîne de montagnes aussi bien que les murs d'une chambre, et de fait leur nom en quenya  en rend compte: l'élément "palan" de palantir signifie "partout". Il existait cependant une contrainte, qui était d'abord la portée de vision pour les pierres mineures, et aussi le fait qu'il y avait une "bonne distance, variable selon les Pierres, qui livrait l'image la plus nette des objets considérés". Cette distance "parfaite", en dehors de laquelle l'objet devenait plus flou (que celui-ci soit proche ou lointain) était d'environ 500 milles pour les Pierres Mineures, c'est-à-dire 800km si l'on prend le mille anglais de 1,6km, soit la distance Minas Tirith - Orthanc. D'ailleurs, la "Pierre Ithil était trop rapprochée" des deux Pierre d'Osgiliath et Minas Tirith, et ne servaient pas "pour les contacts personnels avec Minas Anor". La Pierre avait donc une vue précise à 500 milles, et c'était tout. L'autre contrainte était la clarté de la scène. Une palantiri n'éclaire pas, si bien qu'elle peut montrer une scène qui se passe dans une caverne sans pour autant rendre visible les protagonistes "si aucune lumière n'éclaire la scène". "De sorte qu'elles pouvaient voir au travers d'un pan de ténèbres ou d'ombre", car il n'y a pas d'obstacle à leur vue, "mais ne rien discerner à l'intérieur qui ne fût éclairé", car elles n'éclairent pas. C'est pourquoi on plaçait les palantiri dans l'obscurité afin qu'elles ne voient ni n'enregistrent rien. Par contre elles pouvaient toujours voir d'autres lieux, si tant est qu'ils fussent éclairés. C'est pourquoi, étant donné qu'elles passaient outre tout obstacle physique, "on pense, ou du moins on imagine, que dans leurs sites originels, les Clairvoyantes étaient renfermées dans (...) des coffres-étuis, [qui] devaient être fabriqués en un quelconque métal ou une autre substance aujourd'hui inconnue" et qui devaient mettre complètement les Pierres en sommeil.

Par ailleurs, "non soumises à un esprit directeur, elles se faisaient fantasques" et délivraient des visions "sans aucune explication". On notera que, "aux époques les plus tardives, l'observateur avait des difficultés à dégager les visions qu'il voulait ou désirait révéler".


Enfin, les palantiri pouvaient entrer en contact les unes avec les autres. Un usage politique et non altruiste, car c'est de cette manière, dixit Gandalf, que les Hommes "gardèrent longtemps et qu'ils unirent le royaume de Gondor"14. On lit aussi que "dans l'ancien temps du Gondor,  ils [les feux d'alarme] n'étaient pas nécessaires, car ils avaient les Sept Pierres"15. Il convient de rappeler qu'elles "ne pouvaient que voir: elles ne transmettaient aucun son"."Lorsque deux esprits en accord mutuel sondaient une Pierre, la pensée pouvait se transmettre (c'est-à-dire sous forme de parole) et les visions qui occupaient l'esprit d'un observateur pouvaient dès lors être vues par l'autre. " "Par le truchement des Pierres, deux observateurs échangeraient des pensées; non toutes leurs pensées ou leurs intentions véritables, mais un discours silencieux, c'est-à-dire les pensées qu'ils souhaitaient précisément transmettre (et qui avaient déjà pris forme linguistique dans leur esprit ou avaient même été prononcées à haute voix) et que leur correspondant recevait et traduisait immédiatement en paroles". Comme il a déjà été précisé, seule une Pierre Majeure pouvait s'inviter dans la conversation de deux autres Pierres, une pierre mineure trouvant deux autres Pierres muettes si elles étaient en entretien. Surtout, à l'origine les Pierres étaient "innocentes", car "Sauron fut seul à faire usage d'une Clairvoyante pour imposer sa volonté"; mais tout usage de la Pierre requérait une grande concentration et "entraînait un état de tension mentale", comme cela fut visible chez Dénéthor avec son aspect "prématurément vieilli".

c) Un objet caché du public?


Au tout début de l'essai sur les palantiri dans les Contes et Légendes Inachevés, Tolkien précise que "les palantiri ne furent certes jamais d'usage courant ni de notoriété publique, même à Nùmenor" (rappelons qu'à Nùmenor elles étaient destinées aux Elendili, les amis des Elfes, et non aux les serviteurs de Sauron ou même au roi Ar-Pharazôn, ce qui implique une utilisation secrète ou clandestine). De même, en Terre du Milieu "on les tenait enfermées (...); on ne les consultait ni ne les exposait jamais au vu de tous". Enfin leur souvenir même devait s'oblitérer du sens commun", durant la décadence du Gondor au Troisième Âge. Il est cependant intéressant de noter trois personnages du Seigneur des Anneaux qui ont connaissance des palantiri. Le premier est Faramir. Il est probable qu'il connaisse les palantiri grâce à son éducation et à sa culture hors pair, mais aussi par le fait qu'il est le fils du Surintendant: "Jusqu'à ce moment ou quelque autre au-delà de la vision des Pierres de Vision de Nùmenor, Adieu!" 16. Le second est Eomer, qui n'a pu en avoir connaissance que par ouï-dire (contrairement à Faramir qui en a une connaissance sûre) et n'avait pas du entendre beaucoup à leur sujet, mais qui se doutait de la présence d'une palantir dans la Tour Blanche. Gollum (qui est un véritable puits de science en matière de traditions) est même capable, en parlant de Minas Ithil, de dire "dedans, il y avait une pierre semblable à la Lune". Gandalf dit que "les hommes les avaient presques oubliées. Même en Gondor, c'était un secret connu seulement d'un petit nombre; en Arnor ils n'étaient plus rappelés que dans un chant traditionnel parmi les Dùnedain"17 ou bien "les Intendants s'imagin[aient] que c'était un secret connu d'eux seuls" 18. En bref, l'image des palantiri ne s'est transmise que de manière traditionnelle, par le biais  de la  "chanson archaïque" comme De grands vaisseaux et de grands rois, trois fois trois présentée plus haut. Cet oubli populaire va d'ailleurs de pair avec la perte de connaissances concernant les Palantiri qui accompagnèrent la décadence du Gondor.


d) Des utilisateurs légitimes


"Les Pierres se laissaient beaucoup plus aisément manier par leurs usagers légitimes" 19. Il y a deux types de légitimité: A l'origine, la pierre était un "don inaliénable fait à Elendil et à ses héritiers": ainsi Aragorn avait tout à fait le droit (ainsi que la force nécessaire) de défier Sauron par l'intermédiaire de la Pierre-Orthanc peu après la chute de Saroumane (ce qu'il ne révèle que dans le Retour du Roi), étant " de jure le Roi légitime et du Gondor et de l'Arnor". Les héritiers d'Elendil ne restreignirent pas l'utilisation des palantiri à Saroumane et la Palantir d'Orthanceux seuls, et légalisèrent le maniement d'une Pierre par quiconque détiendrait une "autorisation, soit  d'un héritier d'Anarion, soit d'un héritier d'Isildur, autrement dit d'un roi légitime du Gondor ou de l'Arn or". Ces autorisations concernaient les gardiens, qui pouvaient visionner les Pierres à intervalles réguliers (comm e cela a du être le cas pour la palantir d'Isengard, où aucun roi ne résidait) ou sur ordre, et les hauts foncti onnaires, comme les Intendants dont allait faire partie Dénéthor, ainsi que pléthore de "ministres de la C ouronne chargés plus particulièrement des Renseignements", auxquels on donnait le droit de sonder la Pierre . Avec la fin de l'Ere des Rois et la transmission héréditaire de la fonction de Surintendant (1998), la palantir était devenue de fait la propriété "de plein droit" du Surintendant.

Pour ceux ne disposant pas d'autorité légitime, comme Saroumane, l'utilisation était rendue plus difficile.  Même si "ceux qui avaient assez de volonté et de force d"esprit pouvaient apprendre à diriger leur regard"20, les Contes et Légendes Inachevés insistent sur le fait que "Saroumane tomba sous l'emprise de Sauron (...) alors que Denethor devait rester inébranlable"21. On peut donc en déduire qu'en plus de se laisser manier plus docilement, la Pierre apporte une assise mentale à l'observateur légitime; et Aragorn en bénéficia peut-être, lui qui dit que sa force  ne fut suffisante face à Sauron que de justesse.


Références 

I. Histoire des Palantiri

12. note n°17, CLI, idem

  1. Le Seigneur des Anneaux, Les Deux Tours, Livre III, chapitre 11

13. Les Deux Tours, Livre 3, chapitre 11

  2. History of Middle-Earth, tome 10: Morgoth's Ring. Partie Trois, I, 6: Des Silmarils et de l'enténèbrement de Valinor. (traduction française par Dior, Eru, Incanus.). Même citation dans le Silmarillion, chapitre 6.

14. Les Deux Tours, livre III chap. 11

  3. Le Silmarillion, Les Anneaux de Pouvoir et le Troisième Âge

15 (Le Retour du Roi, livre V, chap.1

  4. Le Seigneur des Anneaux, Les Deux Tours, Livre III, chapitre 11.

16 Les Deux Tours, livre IV, fin du chapitre 6

  5. Le Seigneur des Anneaux, Le Retour du Roi, Livre V, chapitre 7

17. Les Deux Tours, Livre III chapitre 11

II. Qu'est-ce qu'une palantir?

18. Le Retour du Roi, Livre V chapitre 7

6. Les Deux Tours, III, 11

  19. CLI, idem

7 CLI, Les Palanti

20. Silmarillion, les Anneaux de Pouvoir et le troisième Âge

8 CLI, Les Palantiri

  21. CLI, idem

9 Les Deux Tours, III, 11

 
10.  CLI. , idem
 
11. Le Retour du Roi, livre V chapitre 7  

 

 



L'article sur les palantiri a été originellement posté le 19/12/2005 20:32, puis fut édité en Juin 2010. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gaston Lagaffe 13/03/2006 15:40

Tu devrais expliquer comment fait Suron pour torturer Pipin lorsque celui-ci prend le palentir dans "Les Deux Tours".

Tew 13/03/2006 21:45

Tu as été largement influencé par le film. On ne lit pas, aux pages 116-119 (folio junior), livre III (mais toujours tome 2, je rappelle qu'il y a 6 livres en 3 tomes ), dans le chapitre XI intitulé Le Palantir, (à noter que l'on dit tout de même la palantir, la pierre de vision... n'en voulons pas à F. Ledoux) que Pippin ait été torturé par Sauron.
En réalité, pippin se trouve à l'intersection de plusieurs hasards: d'abord, il est très difficile de manier une palantir, et malgré tout pippin la dirige vers le Mordor, (sans savoir vraiment ce qu'il accomplit). Il y voit Barad-dûr, les 9 nazgul, puis Sauron.
Pippin ne peut lacher la boule, c'est parce que Sauron est là et l'oblige à lui parler (comme pour Saroumane, sûrement). Sauron questionne Pippin, qui est complètement mort de trouille... et c'est en lui demandant qui il est, qu'il apprend  qu'il s'agit d'un hobbit. Mais Sauron! Sauron écourte l'entretient, il le veut pour lui, quitte à le voir plus tard, mais pour le torturer à Barad-dur... (ignorant la chute de Saroumane, sauron  demande de " faire passer le message" de pippin au magicien pour lui dire  que cette " friandise " [je cite!] n'est pas pour lui. je vais l'envoyer chercher tout de suite"  )
C'est une chance suprême: s'il avait continué de poser des questions au hobbit, celui-ci aurait révélé l'existence et le but de la communauté de l'anneau.
Plus de peur que de mal, en fin de compte! Mais, pour le plaisir de la lecture, je vous recopie le passage où pippin observe a pierre de vision.
Pippin s'assit, la boule entre ses genoux levés. Ils se pencha dessus (...). Au début, la boule était sombre, d'un noir de jais, et le clair de lune luisait à sa surface. Puis vint un léger rayonnement et un mouvement au centre, et elle retenait le regard de Pippin de' telle façon qu'il ne pouvait plus le détourner. Bientôt, tout l'intérieur parut en feu; elle pivotait ou les lumières intérieures tournaient. Soudain, elles s'éteignirent. Il sursauta et fit de grands efforts; mais il resta courbé, le globe serré dans ses deux mains. Il se penca de plus en plus, pus il devint rigide; ses lèvres s'agitèrent un moment sans qu'il en sortit le moindre son. Enfin, avec un cri étanglé, il tomba en arrière et resta immobile.
 Le cri fut perçant. les gardes sautèrent à bas des talus. Tout le camp fut bientôt en émoi.
Les Deux Tours. A retenir une réplique de Gandalf : " Vous êtes un niais; mais vous restez un niais honnête, Peregrïn Touque. " !